Guinée : Vers un bras de fer entre Charles Wright et Bachir Diallo ?

Justice
Bachir Diallo, ministre de la sécurité et de la protection civile
Bachir Diallo, ministre de la sécurité et de la protection civile

CONAKRY-Le dossier des leaders du FNDC -placés ce jeudi 7 juillet 2022 sous mandat de dépôt à la maison centrale- continue de pourrir les relations entre la Justice et le Département dirigé par le Général à la retraite Bachir Diallo.

Le ton est encore monté crescendo cet après-midi, avec à la clef cette fois-ci, des menaces de poursuites judiciaires. A l'allure où vont les choses un bras de fer n'est pas à exclure entre l'exécutif (ministère de la sécurité) et le pouvoir judiciaire (parquet général). 

Après le démenti cinglant du parquet de Dixinn, c’est une sévère mise en garde que vient d’adresser le Procureur Général Charles Alphonse Wright au ministère de la Sécurité et de la Protection civile.

Il prévient qu'il n'acceptera aucune ingérence de communication d'un département quelconque sur une procédure régulière en cours d'examen. Martelant qu’il attache du prix au principe de la séparation des pouvoirs, le Procureur Général avertit qu’en cas de récidive, il déclenchera une action judiciaire.

« Il a été porté à la connaissance du Parquet Général par le Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Dixinn que le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile accuse son parquet d'avoir signé une réquisition aux fins de comparution forcée des prévenus. Or, le Parquet Général s'est longuement penché sur la procédure dans sa phase d'enquête policière. Cette contrevérité n'engage ni mon parquet d'instance encore moins le parquet Général. Au regard de cet agissement, le parquet Général rappelle qu'il n'acceptera aucune ingérence de communication d'un département quelconque sur une procédure régulière en cours d'examen.

Le Parquet Général met en garde le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile contre toute forme de communication sur un dossier judiciaire. Cette démarche du parquet Général n'a nullement pour prétention d'empêcher la communication d'un département Ministériel axée sur les questions ou activités administratives relevant de ses attributions conformément à la loi L/2018/N°025/AN du 03 juillet 2018 portant organisation générale de l'administration publique. Il se réserve le droit d'engager des poursuites judiciaires en cas de récidive ».

Pour l'heure, le ministère de la Sécurité et de la Protection civile n'a pas encore réagi par rapport à ces menaces du Parquet Général. 

A suivre...

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Jeudi 07 juillet 2022 à 20:48