Guinée : Yayi Boni pourra-t-il "désamorcer" la crise ?

Guinée
Thomas Boni Yayi, nouveau médiateur dans la crise guinéenne
Thomas Boni Yayi, nouveau médiateur dans la crise guinéenne

CONAKRY- L'une des principales résolutions prises, dimanche 03 juillet 2022, par la conférence des chefs d'Etats de la CEDEAO concernant la Guinée, c'est la nomination d'un nouveau médiateur. Pour tenter de désamorcer la crise politique qui secoue le pays, le choix est tombé sur l'ancien président béninois, Thomas Yayi Boni qui succède au Ghanéen Mohamed Ibn Chambas, qui a préféré rendre le tablier. 

En Guinée, des acteurs politiques avaient émis le souhait que l'institution ouest-africaine puisse nommer un médiateur pour dissiper la crise politique. Ce qui vient d'être fait par la conférence des chefs d'Etats et de gouvernement à l'issue de la rencontre tenue hier dimanche, 03 juillet 2022 à Accra. 

Comment la nomination de M. Boni Yayi est-elle accueillie en Guinée ? A-t-il les atouts pour désamorcer la crise ? Africaguinee.com a interrogé certains acteurs, ce lundi, 04 juillet 2022.

Saikou Yaya Barry secrétaire exécutif de l'Union des Forces Républicaines (UFR) a bien accueilli la nomination de Yayi Boni qui selon lui, jouit d'une expérience lui permettant de rapprocher les différentes positions. 

« Nous nous félicitons parce que nous avons voulu qu'il y ait un médiateur entre nous et cette junte pour la bonne conduite de la transition. Le premier choix (Ibn Chambas) n'était pas judicieux pour nous. Quand la CEDEAO décide d'envoyer Yayi Boni, nous estimons que c'est une personne qui a une longue expérience.

D'abord, il a été opposant avant d'être président. Il a ses deux mandats et il est parti dans l'opposition. Donc c'est quelqu'un qui connait comment les choses évoluent en Afrique. Aujourd'hui, nous estimons qu'il mettra son expérience à profit pour aplanir les divergences », analyse ce proche de Sidya Touré.

Dr Édouard Zoutomou Kpoghomou, un des membres de l'ANAD (alliance nationale pour l’alternance et la démocratie), dirigée par Cellou Dalein soutient que la nomination de Yayi Boni « est une bonne chose». Car selon lui, l'ancien médiateur Ibn Chambass longtemps associé à des négociations en Guinée depuis 2013, n'a pas réussi à obtenir de résultats probants. 

« S'il (Chambas) était d'une certaine rigueur et surtout d'une certaine impartialité, on ne serait là où nous sommes arrivés avec les élections de 2020. Et ça, nous le lui avons dit frontalement. Donc qu'on nomme un autre médiateur surtout en la personne deThomas Yayi Boni, je pense que c'est une très bonne chose. Il y aura peut-être une nouvelle approche. Puisque c'est un homme d'expérience, un ancien président, il a appris quand-même à gérer des crises. Je pense qu'il a le tempérament pour pouvoir concilier des positions divergentes », a-t-il dit.

Le FNDC dirigé par Foniké Mengué annoncé cet après-midi qu’il marque toute sa disponibilité à œuvrer pour la réussite du dialogue annoncé sous les bons offices de M. Boni Yayi, médiateur désigné par la CEDEAO. 

Le Gouvernement guinéen, a de son côté pris acte de cette nomination. « Nous avons pris acte de cela tout en rappelant que c'est les acteurs guinéens qui doivent apporter la solution par leur volonté et leur responsabilité de régler les questions qui se posent dans notre pays. Les acteurs internationaux comme leurs noms l’indiquent, ce sont des facilitateurs. Ils viennent s'appuyer sur les personnes qui ont la volonté d'aller de l'avant », a souligné Ousmane Gaoual Diallo, le porte-parole du Gouvernement, dans une interview accordée à Africaguinee.com.

Bah Oury estime quant à lui que la nomination de Bon Yayi est une preuve d’ouverture. « La nomination du Président Thomas Yayi Boni est une autre ouverture. De par son expérience, de par les problèmes qu'il a dû rencontrer, il connaît les problèmes des pays en difficulté avec cette instabilité, ces crises politiques. 

Donc, la lecture qu'il pourra faire de la situation guinéenne n'est pas une situation qui lui est étrangère de par l'expérience politique qu'il a de son propre pays qu'est le Benin. Le reste, nous devons tous lui faciliter la tâche et parvenir à faire en sorte que le processus politique en Guinée soit un processus vertueux, convivial et fraternel d'abord entre Guinéens et ensuite avec la CEDEAO, la communauté sous-régionale et internationale ». 

Siba Engagé

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 623 06 56 23

Créé le Lundi 04 juillet 2022 à 21:08