Sommet de la Cedeao : Un émissaire de Doumbouya chez Akufo Addo pour plaider la "cause guinéenne"…

Guinée
Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne recevant Nana Akuffo Addo à Conakry en septembre dernier
Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne recevant Nana Akuffo Addo à Conakry en septembre dernier

ACCRA-Pour éviter de « nouvelles sanctions » de la Cédeao (communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest) qui se réunit en sommet le 03 juillet 2022, Conakry est sur plusieurs fronts. A la veille de cette conférence des dirigeants de l’organisation sous-régionale, la junte militaire en Guinée s’est engagée dans une offensive diplomatique tous azimuts.

Le Colonel Mamadi Doumbouya a dépêché son ministre des affaires étrangères pour faire un plaidoyer auprès de certains dirigeants « influents » de la sous-région. Abidjan, Dakar, Accra, Dr Morissanda Kouyaté court depuis quelques jours…pour plaider la « cause guinéenne » avant le sommet d’Accra, consacré en partie à la transition en cours en Guinée.

Lors de leur précédent sommet le 04 juin dernier, les dirigeants s’étaient séparés, sans trouver de consensus sur les actions à entreprendre. Faute d’entente, Nana Akufo Addo, Muhammadou Buhari, Macky Sall, Alassane Ouattara et compagnie avaient décidé de reporter leurs décisions liées aux sanctions. Pour le cas guinéen, ils avaient instamment exigé de la junte la finalisation d'un calendrier de transition acceptable et la relance du dialogue.

Lire aussi-Durée de la transition en Guinée : La CEDEAO s’oppose au "36 mois" entérinés par le CNRD et exige un calendrier "acceptable"

La Guinée est suspendue de toutes les instances de décisions de la Cedeao depuis le lendemain de la chute d’Alpha Condé le 05 septembre dernier, les dirigeants du CNRD sont également sous le coup de sanctions individuelles. L’organisation sous-régionale veut une transition courte, mais les militaires au pouvoir campent sur une durée de trois ans, un calendrier qui divise en Guinée.

A la veille de sommet prévue ce 03 juillet, Conakry semble faire « feu de tout bois » pour échapper à de nouvelles sanctions. C’est dans ce cadre que le chef de la junte a dépêché le chef de la diplomatie guinéenne auprès d’Alassane Ouattara, Macky Salle, Nana Akufo Addo pour partager avec eux les informations liées aux derniers développements sociopolitiques et surtout mettre en avant les efforts fournis par le Gouvernement pour « relancer » le dialogue, une des exigences de la Cedeao.

Mais la mission du diplomate guinéen est très délicate. Ses marges de manœuvres très minces d’autant plus qu’à l’interne, le dialogue politique entamé le 27 juin dernier, n’a pas connu d’avancées satisfaisantes. Pire, la récusation du diplomate ghanéen comme médiateur de la Cedeao en Guinée ne plaide pas en faveur de Conakry. Bien que sur ce point, il faut apporter un peu de « bémol », car selon certaines sources, les autorités se seraient finalement résolues d’accepter le principe de la nomination d’un médiateur mais qui ne soit pas Ibn Chambas.

Mais est-ce suffisant pour convaincre la Cedeao ? Rien n’est moins sûr. Dans ce contexte, Dr Morissanda Kouyaté qui se trouve en ce moment même à Accra, a du pain sur la planche.

A suivre…

Focus Africaguinee.com

Créé le Vendredi 01 juillet 2022 à 16:47

TAGS