M'Mahawa a échoué au CEE: "Je sollicite une faveur…sinon je vais abandonner l'école"

Éducation
M'Ma Hawa Cissé
M'Ma Hawa Cissé

FARANAH-Son cas avait ému certains. M’Mahawa Cissé, 18 ans, candidate à l’examen d’entrée en 7ème année « Certificat d'Etudes Élémentaires (CEE) », avait accouché au deuxième jour des évaluations.

Ne voulant pas perdre l’année scolaire, elle avait pris son courage pour quitter son lit d’hôpital après l’accouchement et revenir dans la salle d’examen affronter les épreuves. Mais la chance ne lui a pas souri. Elle n’est pas admise. Un échec qu'elle a du mal à vivre et à digérer. Africaguinee.com l’a rencontrée au quartier Dandaya (commune urbaine de Faranah) où elle habite avec ses parents.

Dans la préfecture de Faranah, rares sont des candidats au Certificat d'Etudes Élémentaire (CEE) qui ont le sourire aux lèvres. M'Mahawa Cissé en fait partie.

« Je suis découragée. Cet échec me fait de la peine. Je rêvais d’aller au collège cette année. Parce que j'ai fourni assez d'efforts durant l'année scolaire. Malgré mon état de grossesse, j'ai pris le courage d'affronter les épreuves. Ces résultats m'ont surpris parce que j'avais bien travaillé. C'est seulement au deuxième jour que j'ai rencontré des difficultés car, je souffrais dans la salle. Et, c'est ce même jour que j'ai accouché grâce à l'appui du délégué qui a pris en charge les frais de d'accouchement et ceux des médicaments », a-t-elle expliqué. 

Par ailleurs, notre interlocutrice qui est mère d'un enfant conditionne la poursuite de ses études par une admission « arrangée ». Au cas contraire, M'Mahawa Cissé préfère abandonner l'école parce qu'elle serait dans l'incapacité de soutenir son bébé. 

« Je sollicite une faveur spéciale auprès du ministère pour que je sois au collège dès l'ouverture prochaine. Au cas contraire, je ne pense pas pouvoir reprendre la 6ème année parce que j'ai un bébé et je n'ai pas de soutien me permettant de poursuivre les études. Le père de mon enfant est un boulanger, qui a refusé de reconnaître la paternité de l’enfant. Je suis issue d'une famille pauvre, ma maman revend du charbon pour nourrir la famille. A cause de notre condition de vie difficile, je n'ai plus l'espoir de continuer les études. Je préfère abandonner et faire la couture », explique la jeune maman.

Fina Mara la mère de cette élève non admise ne compte pas baisser les bras. Pour elle, M'MaHawa Cissé qui est la benjamine de ses huit enfants doit à tout prix étudier.

« Si j'ai un soutien financier à ce jour ma fille va continuer les études. Sûrement que ça va marcher l'an prochain. Dieu m'a donné huit enfants dont 4 filles mais aucun d'entre eux n'a accepté d’étudier sauf elle qui est la benjamine. Tous ses frères sont en aventure certaines filles sont mariées. Je suis seule avec elle. Nous sommes en train de subir les conséquences de la non scolarisation de ses frères et sœurs », a confié la mère de M'Hawa Cissé.

Alpha Amadou Barry

Correspondant régional d’Africaguinee.com

A Faranah

Créé le Jeudi 30 juin 2022 à 19:14