Deal avec le pouvoir d’Alpha Condé, Gaoual…l’UFDG : Boubacar Diallo "Grenade" lâche une « bombe »

Guinée
Boubacar Diallo "grenade"
Boubacar Diallo "grenade"

CONAKRY-Boubacar Diallo « grenade » vient de dévoiler le « deal » qu’il avait signé avec pouvoir d’Alpha Condé pour obtenir la grâce présidentielle en juin 2021, alors qu’il purgeait une peine de 10 ans de prison dont cinq ans de sûreté.

A sa sortie de prison, ce jeune connu pour militantisme engagé à l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) avait pris ses distances vis-à-vis de cette formation politique dirigée par Cellou Dalein Diallo. Pourquoi cette décision ? Depuis Mamou, il a décidé de lever un coin du voile sur cet épisode, non sans porter des accusations graves contre Ousmane Gaoual Diallo.

« Aucun homme ne choisit le mal pour le mal. Il le confond seulement avec le bonheur. Le mal vient quand l’homme se trompe au sujet du bien (Socrate). Les frustrations qui m’ont poussé d’être en colère contre le parti, c’est d’avoir des cadres comme les Ousmane Gaoual (actuel porte-parole du Gouvernement, ndlr).

Lire aussi-Grenade et Madic sortent de prison : "le Pr Alpha Condé nous a montré qu'il est le père de la Nation"

Avant de sortir de la prison, j’ai maintes fois parlé de lui, mais on ne m’a pas écouté. Il était dans le parti comme un élément des services de renseignements, comme un filateur (…).

Je m’étais posé des questions. Comment l’ancien régime du Pr Alpha Condé a réussi à comprendre réellement dans quoi j’étais ? Comment ils ont réussi à me détecter ? Je m’étais dit qu’il fallait changer de stratégie, prendre le recul pour construire mon avenir.

Je savais que la mouvance, l’équipe du Pr Alpha Condé avait des filateurs au sein de l’UFDG. Ils travaillaient pour le compte des services de renseignements. J’avais compris ça avant même d’être en prison. Mais les gens ne m’avaient pas compris.

Deal avec le pouvoir pour obtenir la grâce présidentielle

Lorsque je suis sorti de prison, il fallait faire des choses pour plaire aux personnes qui m’ont libéré. Parce que ça faisait partie des conditions. Ils m’avaient dit : Quand tu sors de la prison, il ne faut pas retourner à l’UFDG. On ne te demande pas de faire venir un innocent en prison. Mais de faire comprendre à l’opinion nationale et internationale que j’ai eu des déceptions et des trahisons au l’UFDG et que c’est ce qui m’a poussé de demander pardon », a révélé Boubacar Diallo Grenade, qui promet qu’il va continuer la lutte de ses frères et camarades de luttes enterrés à Bambéto.

A suivre…

 

Habib Samaké

Correspondant régional d’Africaguinee.com

A Mamou

Créé le Samedi 25 juin 2022 à 21:26