Guinée : Des candidats au bac arrêtés et… "jetés" en prison

Haute Guinée
Des candidats au Bac en train d'être conduits en prison par la gendarmerie à Kankan
Des candidats au Bac en train d'être conduits en prison par la gendarmerie à Kankan

KANKAN-Visiblement les autorités ne veulent pas badiner avec la triche cette année au baccalauréat, dernier examen à franchir avant l’accès à l’université. Tenez-vous bien, des candidats ayant été pris en flagrant délit de « fraude » ont été interpelés par les services compétents puis conduits en prison, à Kankan ce vendredi 17 juin 2022, premier jour des évaluations.
Le procureur général près le tribunal de première instance de Kankan, a présenté à la presse locale dans la soirée de ce vendredi 17 Juin 2022, quatre (4) candidats pris, selon lui, en flagrant délit de possession de téléphones lors du lancement des épreuves du baccalauréat unique dans un centre dans la commune urbaine. Ces présumés fraudeurs ont tenté, explique le magistrat, d'introduire des téléphones dans leur différentes salles d'examens.

"Le parquet du tribunal de première instance de Kankan vient de recevoir le procès-verbal n°32 en date du 17 juin 2022, de la gendarmerie territoriale, concernant un cas de fraude impliquant quatre candidats à l'examen, tous issus du centre Almamy Samory Touré. Il s'agit des candidats Sory Condé, Sory Kaba, Alseny Bamba et Soumaila Keita.

Ils ont été pris en flagrant délit de fraude, avec chacun un téléphone Android en main. Ce sont les surveillants qui ont saisi ces appareils. Et immédiatement, ils ont été mis à la disposition des agents de sécurité, qui ont adressé un procès-verbal au parquet de Kankan. Alors, ils ont été immédiatement placés sous mandat de dépôt. Et incessamment ils seront jugés", a annoncé cet après-midi le procureur du TPI de Kankan.

Poursuivant, le magistrat Daouda Diomandé a ajouté que ces quatre candidats « présumés fraudeurs » seront jugés conformément aux dispositions des articles 686 et 687 du code pénal. Cette disposition punit de telle infraction, d'un emprisonnement d'un mois à 3 ans et au paiement d'une amende de 500.000 à 2.500.000 Gnf ou à l'une de ses deux peines.

En attendant leur jugement, ces candidats interpellés passeront leur première nuit à la maison centrale de Kankan.

A Siguiri une autre préfecture de la même région, onze (11) candidats ont été éliminés et mis à la disposition des services de sécurité pour port et utilisation de téléphones dans les salles d'examen. Tous ces candidats perdent non seulement cette année mais aussi la prochaine session.

Dossier à suivre…

Facély Sanoh,

Correspondant régional d’Africaguinee.com

A Kankan

Créé le Vendredi 17 juin 2022 à 21:34