BEPC : Des dizaines de candidats empêchés de faire les évaluations à Kissidougou…

Guinée
Des candidats au BEPC
Des candidats au BEPC

KISSIDOUGOU-Le BEPC (brevet d’études de premier cycle), session 2022 a démarré ce vendredi 10 juin en Guinée. Dans la préfecture de Kissidougou, dans la région de Faranah, plus d'une trentaine de candidats n'ont pas pu faire les évaluations pour des raisons diverses. Parmi les raisons invoquées par les autorités pour justifier l’empêchement de ces élèves d’affronter les épreuves, il y a des cas de « doublons », de « PV non conformes » ou d’accumulation d’un taux « d’absentéisme de 25% ». Chez les candidats recalés, c’est la grosse déception.

C’est le cas de Marie Bolo Millimono : « Je ne comprends pas l'attitude des autorités en charge de l'éducation qui m’ont refusé l’accès à la salle d’examen. Durant toute l'année scolaire j'ai étudié, mes parents ont payé mes frais de scolarité qui s'élèvent à 850.000 GNF. Et voilà qu'on me fait sortir de la salle, on m'empêche de passer les évaluations. Je suis déçue. On se fout de notre avenir. Je pointe un doigt accusateur sur la cellule d'examen qui ne prend pas notre avenir au sérieux », fustige cette candidate.

Ansoumane Kourouma, candidat au compte du GS Youssouf Diaré, lui aussi n’a pas eu accès à la salle. Pourtant, il affirme s’être soumis à l’exercice de la photographie qui était exigée des candidats. De même, il affirme avoir eu son PV. Mais ce matin, on lui a tout bonnement dit qu’il ne pouvait pas faire l’évaluation.

« Monsieur Kéita nous a donnés les PV. On ne sait pas si ce sont des PV des élèves qui viennent à l’école ou pas. Aujourd’hui, on vient dans la salle, directement on nous met dehors en arguant qu’on ne doit pas composer cette année », lâche-t-il dépité. Les parents des candidats recalés se plaignent, dénonçant une « pagaille » dans les préparatifs de l’organisation de cet examen.

Joint au téléphone par notre correspondant dans la région de Faranah, le premier responsable de l'éducation de Kissidougou M. Ibrahima Diakité, a donné les raisons de l’expulsion de ces élèves. Selon lui, certains candidats ont été vidés des salles d’examen, en application de la mesure interdisant à un élève de cumuler un taux de 25 % d’absentéisme au cours de l’année scolaire.

« Nous avons eu le temps de faire un toilettage des listes. Dans un premier temps, tous ceux qui étaient frappés de 25% d’absence, qui ne fréquentaient pas l’école, étaient rayés. Dans un deuxième temps, les chefs d’établissements nous ont fait parvenir des listes des abandons et des doublons. Quand tu atteins 25% tu ne peux plus être candidat », explique ce responsable de l’éducation de Kissidougou.

A suivre…

Alpha Amadou Barry

Correspondant régional d’Africaguinee.com

A Faranah

Créé le Samedi 11 juin 2022 à 14:54

TAGS