Héritage d’Alpha Condé : La révélation Yaya Sow sur la disparition de 60 millions d’euros

Guinée
Yaya Sow, Ministre des Transports et des Infrastructures
Yaya Sow, Ministre des Transports et des Infrastructures

KANKAN-Pourquoi la route Kankan-Kissidougou n’a pas été exécutée ? Le ministre des Infrastructures et des Transports vient de révéler la raison. Yaya Sow qui est en séjour à Kankan a révélé que les 60 millions d’euros qui avaient été décaissés pour la réalisation de cette route ont disparu.

"J’insiste que des fonds ont été décaissés pour la construction de la route Kankan-Kissidougou. Environ 60 millions d’Euro ont été décaissés mais il n’y a pas eu de travail sur cette route qui est aujourd'hui impraticable. L’argent a disparu et la route n’a pas été faite », révèle le ministre Sow.

Dimanche 29 mai, les sages de Kankan ont exposé une kyrielle de revendications aux membres du Gouvernement dirigé par Mohamed Béavogui. Le manque d’infrastructures vient en tête des réclamations.

Lire aussi-Infrastructures : Yaya Sow promet des « résultats » et… très « vite »

Yaya Sow explique qu’il a conscience des difficultés, mais des efforts sont en train d’être faits pour améliorer la donne.

« Les travaux de la route Kankan-Mandiana ont été redemarrés. C’était bloqué parce qu’on n’avait pas payé la mission de contrôle, un montant de 450.000 dollars Us. C’est grâce au colonel Mamady DOUMBOUYA, que nous avons réactivé le projet et nous avons mis la pression sur l’entreprise contractante », a-t-il annoncé.

Il en est de même pour la route Kankan-Kérouané, un projet qui avait été confié par le défunt régime à une entreprise sud-africaine. Le ministre Yaya Sow révèle que les travaux étaient bloqués à cause des impayés.

« Il y a eu des efforts de la part du gouvernement.  Des décaissements ont été faits, les travaux ont repris mais j’avoue que c’est trop lent », déplore-t-il.

Autres difficultés évoquées, c’est la rareté des ressources. Le Gouvernement a de la peine encore à réactiver certains projets financés par les institutions de Bretton Wood. C’est notamment le cas de la route Kérouané-Beyla qui figure dans un portefeuille de la Banque mondiale.

« Nous sommes sur plusieurs fronts, mais j’avoue encore que nous sommes dans un contexte de ressources rares. Les routes consomment de l’argent, un kilomètre de route, c’est entre 10 milliards et 15 milliards GNF. Le CNRD est arrivé au pouvoir dans un contexte de ressources rares, les caisses étaient vides », explique le ministre des infrastructures.
 

De Kankan, Facely SANOH

Correspondant régional d'Africaguinee.com.

Créé le Mardi 31 mai 2022 à 14:03

TAGS