Guinée : Voici les conditions à remplir pour effectuer le hajj à la Mecque

Religion
Elhadj Karamo Diawara, Secrétaire Général aux Affaires Religieuses et son adjoint Elhadj Ibrahima Bah
Elhadj Karamo Diawara, Secrétaire Général aux Affaires Religieuses et son adjoint Elhadj Ibrahima Bah

CONAKRY-Le secrétariat général des affaires religieuses a apporté, ce samedi 28 mai, des précisions sur les conditions à remplir pour le pèlerinage de 2022. Selon Elhadj Ibrahima Ousmane Bah, secrétaire adjoint des affaires religieuses, cette année c’est 4527 places qui ont été accordées à la Guinée pour le Hajj par les autorités Saoudiennes en charge du pèlerinage.

"D'habitude c'était plus que ça mais comme vous l'avez dû entendre, cette année le monde entier va se faire représenter par un million de personnes pour le pèlerinage. Dans les années avant le covid, c'était plus que ça. Mais étant donné que nous sommes dans une année de reprise après deux années d'arrêt pour cause de covid-19, ce sont ces 1 millions qui ont été répartis à travers le monde " a entamé Elhadj Ibrahima Ousmane Bah.

En Guinée, sur les 4527 places, une répartition a été faite pour l'organisation du voyage des pèlerins. Un quota 2527 a été attribué aux agences privées de voyage et 2000 au secrétariat général des affaires religieuses. Pour effectuer le pèlerinage, cinquième pilier de l’islam, il faut débourser 60 millions GNF. Une somme jugé exorbitant par certains.  

Qu’est-ce qui a prévalu à la fixation de ce montant ? Elhadj Ousmane Bah rappelle qu'il y a des données non seulement internes à la Guinée mais aussi externes.

"Les dernières informations nous ont parvenues mardi passé.  Le mercredi nous avons travaillé et le jeudi nous avons communiqué sur le prix. Cette année, le coût individuel du pèlerinage est fixé à 60 000 000 Fg (soixante millions de francs guinéens). Le gouvernement, les hautes autorités ont fait des efforts pour chercher à diminuer le prix et essayer de voir comment supporter les frais supplémentaires", a-t-il ajouté. 

L’âge limite des candidats est de 65ans. En plus de remplir ce critère, d’autres conditionnalités sont à remplir pour effectuer le pèlerinage. Quelles sont ces conditions ? Elhadj Ibrahima Ousmane Bah précise :

 >Payer le montant de soixante millions Gnf à la Banque centrale de la République de Guinée dans les comptes ouverts à cet effet après délivrance d'une autorisation de versement. Il faut donc passer par les structures autorisées pour l’enrôlement des pèlerins notamment les agences privées autorisées de voyage. Au niveau du secrétariat général des affaires religieuses ou c'est les communes, préfectures pour faire l'inscription après avoir obtenu l'autorisation de versement. C'est gratuit et les premiers venus seront les premiers à être servis. 

>Être muni d'un passeport biométrique valide de six mois ou se faire établir d'un nouveau dès maintenant auprès des services proposés à cet effet au centre islamique de Donka. Une équipe de conception de passeport a été déjà déployée par le ministre de la sécurité et de la protection civile. 

>Se faire établir un certificat d'aptitude médical délivré par le CHU de Donka ou à l'hôpital national Ignace Deen ou dans les hôpitaux régionaux ou Préfectoraux du pays. Des équipes sont commis dans ce cadre. À ce niveau il y a un montant à peu près de 70.000 francs guinéens pour le certificat d'aptitude. 

>Disposer de la carte de vaccination contre la covid-19 et la fièvre jaune. Cette vaccination est gratuite.

>Apporter six (6) photos sur fond blanc, la photo copie de la carte d'identité nationale et fournir deux numéros de téléphone pour permettre de joindre le ou la candidate. 

>Faire un Test PCR négatif à la covid-19. Ce test est payant, 650 000 FG (six cent cinquante mille francs guinéens).  Ce test doit être fait avant 72 heures du départ.

Au nom de la collégialité, il y a des points focaux au niveau de certains départements ministériels pour faciliter l'organisation du hadj, a précisé le secrétaire général adjoint des affaires religieuses. Le président de la transition a instruit au premier ministre de faire le préfinancement de "l'ensemble des exigences financières obligatoires et indispensables pour l'obtention des visas". 

"L'État a préfinancé cette année 50% le hajj pour que la Guinée soit en possession des visas sans problème. Par exemple, quand je pars introduire la demande d'obtention de visa pour monsieur Baldé, l'ordinateur va me demander est-ce son logement est payé en Arabie Saoudite ? Est-ce-que c'est à la Mecque ? A Medine, les frais de transport au cours de son séjour ont-ils été payés ? Le prix des tentes à Mina ou ailleurs est-ce que c’est payé ? Les taxes aéroportées sont-elles payées ?

C'est donc l'ensemble de tous ces frais, -une fois payés- que l'ordinateur va donner accès à son visa. A date, nous n'avons aucune somme au compte du hadj concernant un potentiel pèlerin. Par le passé, il a été dit que le pèlerinage est un calvaire mais cette année ce sera le meilleur pèlerinage " a promis Karamo Diawara, secrétaire général des affaires religieuses. 

A suivre…

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com 

Tel : (00224) 655 311 114 

Créé le Samedi 28 mai 2022 à 17:40

TAGS