Amara Camara prévient : "Soyons très vigilants…"

Guinée
Colonel Amara Camara, ministre Secrétaire Général à la Présidence de la République
Colonel Amara Camara, ministre Secrétaire Général à la Présidence de la République

CONAKRY-Alors que des manifestations politiques sont annoncées dans le pays par le couple G58-Rpg arc en ciel, mais aussi le FNDC, le colonel Amara Camara, un membre influent du CNRD (comité national du rassemblement pour le développement) vient de sonner une « sérieuse alerte ».

Le puissant-ministre Secrétaire Général à la présidence et porte-parole de la même institution, appelle les guinéens à faire attention et de redoubler de vigilance dans cette phase. Partant de l’expérience de la situation malienne, engluée dans une crise multidimensionnelle depuis 2012, ce haut dirigeant de la junte militaire au pouvoir en Guinée, avertit que les crises, les guerres constituent un fonds de commerce très rentable pour certains.

« Dans un passé récent, j’étais soldat au compte des Nations-Unies (au Mali). Une fois, je rentrai de congé, dans le bus qui était rempli, il y n’avait pas plus de deux personnes qui avaient la même nationalité. Ce jour, j’ai eu un pincement au cœur en me disant : La guerre fait qu’un népalais peut se retrouver au Mali, un soudanais se retrouver au Mali et gagner son pain. Cette crise a commencé entre 2012-2013. Nous avons des frères, paix à leur âme, qui y ont laissé leur vie. Mais la guerre n’est pas prête à finir, tout simplement parce que la crise, les divergences, constituent pour certains citoyens, des fonds de commerce », explique ce proche collaborateur du colonel Mamadi Doumbouya, le président de la transition guinéenne.

Depuis le coup d’Etat du 05 septembre 2021, saluée par l’écrasante majorité des citoyens, la Guinée est plongée dans une transition. Mais huit après le putsch qui a déposé Alpha Condé, la popularité de la junte s’est considérablement érodée, notamment à cause de certaines réformes impopulaires qu’elle a engagées pour dit-elle, redresser le pays, groggy par la corruption, la mal gouvernance. Des partis politiques, les plus représentatifs du pays, mais aussi des organisations de la société civile, telle que le FNDC, fer de lance de la contestation contre le régime déchu, appelle à des manifestations, pour protester contre le chronogramme de la transition et déficit de dialogue.  Mais pour Amara Camara, il faut faire très attention.

« Je vous assure que nous devons, entre guinéens, être vigilants, faire attention à ceux qui pourraient profiter des crises ou des incertitudes. Parce que souvent, c’est un marché facile. Vous allez dans les institutions internationales pour trouver de l’argent pour construire des hôpitaux, vous ne l’obtiendrez pas facilement. On fera passer le pays par beaucoup de pédagogie, au bout de 18 mois, vous ne l’aurez pas obtenu. Mais il y a de l’argent pour effectuer des voyages, il y a de l’argent pour dire violation des droits de l’homme. Ça nourrit des poches, mais ça ne construit pas un pays. Ce sont des gens qui viendront s’enrichir, prendre l’argent de notre pays. Soyons vigilants », appelle le colonel d’armée.

La Guinée est au milieu de beaucoup d’enjeux, laisse entendre le ministre secrétaire général à la Présidence. Selon lui, si cette opportunité qui s’offre au pays échoue, il sera difficile de se rattraper.

« Le moment que nous vivons en Guinée, est très important. Si nous passons à côté, je ne sais pas encore quelle est l’opportunité qui va s’offrir à la Guinée. On est au carrefour de beaucoup d’enjeux et de préoccupations. Il y a beaucoup qui voudraient que (la transition) ne se passe pas bien, y compris des fils de ce pays. Il est bon de savoir que la Guinée se construit avec tout le monde. Mais malheureusement, on a des frères qui pensent que la Guinée ne peut se faire qu’avec eux et pour eux. La guerre, les crises, c’est un business très rentable. Ça profite à beaucoup, il faut que nous soyons très vigilants », a-t-il averti avec insistance.

A suivre…

 

Africaguinee.com

Créé le Lundi 23 mai 2022 à 15:58

TAGS