Alerte santé : La grippe aviaire fait des ravages à Coyah et Forécariah...

Guinée

FORÉCARIAH/COYAH-La situation est très grave ! Depuis deux semaines, la maladie de grippe aviaire est en train de faire des ravages dans plusieurs fermes avicoles situées à Coyah et à Forécariah, deux préfectures, proches de la capitale guinéenne, Conakry. Chez les fermiers, c’est le qui-vive. Le sujet a été débattu, le 19 mai dernier, lors du Conseil des Ministres. Face à l’ampleur de la maladie, Mamoudou Nagalen Barry, a exprimé sa vive préoccupation.

Déjà plusieurs milliers des poules ont été tuées par cette maladie dans des fermes à Forécariah et à Coyah. Interrogé par notre rédaction, un fermier victime, nous a confié que la maladie est loin d'être maîtrisée. Selon ce Fermier, les résultats officiels des examens sur la maladie ne sont pas encore disponibles. Toutefois, on parle de la grippe aviaire. Mais de quel type ? Les résultats des prélèvements effectués et envoyés en Italie n’ont pas livré leur verdict.

Un variant hautement contagieux

"Les autorités ont fait des prélèvements qui ont été envoyés en Italie. Effectivement, ils ont confirmé que c'est la grippe aviaire mais il y a plusieurs types. Donc ils n'ont pas détecté d'abord le variant. Mais le variant qui est là est hautement pathogène, parce quand il entre dans une ferme, en l'espace de trois jours, il peut finir de décimer toutes poules qui s'y trouvent", a-t-il expliqué. 

Depuis une dizaine de jours, les fermiers assistent à un vrai désastre. La vitesse de propagation de la maladie est telle qu’ils n’arrivent pas à faire un bilan exhaustif précis des pertes subies jusque-là. Toutefois, ce qui est certains, les ravages sont importants.

"Pour le moment on ne connaît pas le nombre de poules qui sont mortes. Avant l'arrivée des équipes vétérinaires, il y avait beaucoup de fermes qui étaient touchées. Mais déjà, selon les estimations des uns et des autres, les poules qui sont mortes avant l'arrivée des équipes d’intervention sont deux fois plus élevées que les poules qui ont été abattues par les services vétérinaires. Les services vétérinaires sont déjà sur les lieux (dans les fermes ndlr) et ils sont en train d'abattre les poules. Ils portent tous des combinaisons. Ils attrapent les poules pour les mettre dans des sacs puis les étouffent. Ensuite, ils creusent des trous pour les enterrer", nous a confié cette victime, avant de lancer un appel aux autorités.

Les ravages continuent dans les fermes

"Nous demandons à l'Etat de prendre des dispositions comme dans les autres pays pour indemniser les aviculteurs parce que les pertes sont énormes. Imaginez, il faut près de 100 millions gnf pour nourrir une ferme de mille (1000) poules jusqu'à la ponte. Et si on a maintenant des centaines de milliers de poules, on va dépenser combien ? Je vous informe que jusqu'à présent la maladie continue de faire des ravages dans les fermes" a alerté ce Fermier qui requiert l'anonymat. 

8.639 poules abattues et 12.247 œufs écrasés

D'après les explications de notre informateur, les équipes des services vétérinaires qui se trouvent actuellement sur le terrain ont travaillé dans huit (8) fermes au total dans plusieurs localités à Forécariah et Coyah. Il s'agit de Wonkifon, de Moribayah, de Koulakoya et de Kakoulimaya.

"Jusqu’hier samedi 21 mai 2022, les équipes vétérinaires ont abattu 8.639 poules et détruit 12.247 œufs. Mais les poules qui étaient déjà mortes avant l'arrivée de l'équipe ne font pas partie de ce nombre de 8639. Pour ce qui est de la vaccination à grande échelle, des consultations sont en cours car c'est du domaine de la médecine vétérinaire et c'est une première en Guinée", a ajouté ce Fermier. 

Lors du conseil des Ministres de cette semaine, le Ministre de l'agriculture et de l'élevage avait partagé ses préoccupations sur les menaces que représente l'apparition de la grippe aviaire sur la sécurité alimentaire et la santé publique en Guinée. 

Salon Mamoudou Nagnalen Barry, "l'intervention de ses équipes a permis de maîtriser la situation à Forécariah". Mais, en revanche, ajoute-t-il, "la crise apparaît particulièrement aiguë à Coyah".

Interpelé ce samedi 21 mai 2022 par Africaguinee.com, il a annoncé un communiqué dès lundi prochain. "On fera un communiqué le lundi. Et on attend les résultats de l'analyse qui permet de confirmer ou infirmer de façon officielle et publique", a souligné le Ministre de l'élevage et de l'agriculture. 

Dossier à suivre ! 

Oumar Bady Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Tel: (00224) 666 134 023

Créé le Dimanche 22 mai 2022 à 12:57

TAGS