Affaire 100 kg de cocaïne : Depuis sa cellule, un prisonnier "malade" fait de graves révélations

Conakry
La police guinéenne présentant des plaquettes de cocaine saisie à Conakry, image d'archive
La police guinéenne présentant des plaquettes de cocaine saisie à Conakry, image d'archive

CONAKRY- En début d'année 2021, la Brigade Anti-Criminalité (BAC) numéro 10 de Sonfonia avait réussi à saisir 100 kilogrammes de cocaïne dans une villa à Nongo, (commune de Ratoma). Dans cette rocambolesque affaire, des civils et des policiers au nombre de douze avaient été arrêtés et conduits à la maison centrale de Coronthie. Parmi lesquels, figure Issa Kaba, jeune frère de Mamadi Kaba, principal cerveau présumé de ce réseau de trafic de drogue.

Après l’éclatement de l’affaire, Issa Kaba avait pu prendre la poudre d'escampette pour se retrouver au Mali. Il sera finalement arrêté, extradé et incarcéré le 11 mars 2021, à la maison centrale de Conakry. Ce, après avoir passé quarante-six (46) jours à l'Office Central Anti-Drogue (OCAD). 

Après plusieurs mois de détention, Issa Kaba dit ne pas être au meilleur de sa forme, aujourd’hui. Selon lui, son état de santé se dégrade de jour en jour à cause du diabète qu'il traîne depuis des années. C'est dans ce cadre qu'une demande de mise en liberté a été introduite au Tribunal de Première Instance de Dixinn pour lui permettre de se soigner.  Mais dit-il, des manœuvres sont en cours pour tenter d'étouffer son dossier en vue de le garder longtemps en prison. Depuis sa cellule, Issa Kaba a fait de graves révélations sur le médecin de la maison centrale et d'autres personnes concernées par la même affaire. 

« Je ne vais pas bien du tout. Ce matin mon taux de glycémie est de 465. Depuis l'OCAD où on a été présenté à la presse, ils savaient que j'étais diabétique de type B insulaire. Cela a été constaté après mon extradition de Bamako pour Conakry. Je n'ai pas bénéficié d'avocat lors de la commission rogatoire et on m'a placé sous mandat de dépôt malgré mon innocence. Par humanisme, un avocat a décidé de me défendre. Il a donc pris le soin d'aller voir le doyen des juges d'instruction de Dixinn.

Celui-ci a fait une ordonnance pour mon hospitalisation. Mais le médecin de la maison centrale est corrompu par mon frère Mamadi Kaba qui m'accuse de l'avoir dénoncé à la gendarmerie. Le médecin a donc dit au juge d'instruction que la moitié de la Guinée était diabétique. Que ça ne vaut pas la peine que je bénéficie d'une hospitalisation. Cela en complicité avec le régisseur qui était là », a révélé Issa Kaba. 

A l'en croire, il a dû débourser tout ce qui lui restait pour se soigner à la maison centrale. Et là aussi, le médecin qui serait connu par tous les prisonniers, procède à la vente des produits pharmaceutiques. Seul le paracétamol est disponible à l'infirmerie, d’après ses explications.

« J'ai fini de vendre tout ce que j'avais dans le but de me soigner et me nourrir. Pendant que je suis en train de pourrir en prison, il faut que le Ministère sache ce que fait ce médecin. Ici à la maison centrale, tout le monde est unanime du comportement de ce médecin. Quand tu vas à l'infirmerie, il n'a que du paracétamol à te donner. Il fait sortir tous les médicaments pour aller revendre », accuse Issa Kaba.

Selon notre interlocuteur, le fait qui l'a le plus irrité c'est la « fausse l’hospitalisation » du Commandant Sané qui ne serait pas souffrant. C'est ce dernier qui aurait dérobé les 50 kg de cocaïne, accuse M. Kaba. 

« La goutte d'eau qui a fait déborder le vase, c'est quand on a extrait le Commandant Sané pour qu'il se traite. Il n'a rien. Il a juste payé de l'argent au médecin pour qu'il soit extrait de sa cellule. Je vous informe que c'est lui a volé les 50 kg de cocaïne », a fait savoir Issa Kaba.

S'il se dit fatigué de la procédure judiciaire qui traîne, l'accusé affirme que son frère Mamadi Kaba et les officiers impliqués dans cette affaire ont dit à qui veut l'entendre que le dossier sera classé sans suite. « Le dossier traîne pour qu'il soit étouffé par mon frère. C'est lui qui m'a fait venir vivre dans l'annexe où la drogue a été saisie », a-t-il confié. 

Pour la manifestation de la vérité dans ce dossier dit sensible, on apprend qu'un juge d'instruction du TPI de Dixinn a demandé une confrontation entre Issa Kaba et son grand frère Mamadi Kaba.  En attendant la programmation de cette confrontation, l'avocat de Issa Kaba que nous avons rencontré ce jeudi, 19 mai 2022 n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet.

« Mon dossier est en instruction. Donc je ne peux rien vous dire pour le moment. Vous pouvez vous contenter de ce que mon client vous a dit », a glissé maître M'Bomby Mara.

A suivre...

Siba Engagé

Pour Africaguinee.com

Tel : (0224) 623 06 56 23

Créé le Jeudi 19 mai 2022 à 17:53