Délestages à Conakry : "Les raisons", selon Laye Sékou Camara, DG d'EDG.

Guinée
Laye Sékou Camara, DG d'EDG
Laye Sékou Camara, DG d'EDG

CONAKRY-Ce qui semblait être un triste souvenir est désormais d'actualité. Les habitants de la capitale Conakry renouent avec les délestages électriques. Cela fait près de deux semaines que les coupures intempestives de courant sont constatées dans les foyers.

En ce moment, nombreux sont les habitants de la capitale Conakry qui passent la nuit dans le noir, livrés à la chaleur et aux moustiques. Et même dans la journée, par faute d'électricité, certaines activités tournent au ralenti. Ce qui constitue un sérieux coup pour beaucoup de jeunes qui voient leurs chiffres d'affaires à la baisse. Dans la majeure partie des cas, c'est dans la soirée que les coupures générales sont constatées par des citoyens qui, de façon ironique, inondent la toile pour protester contre ces délestages devenus récurrents.

Dans la journée de ce mardi, 17 mai 2022, un reporter de Africaguinee.com a sillonné certains quartiers pour recueillir l'avis de ceux qui sont privés de courant électrique.

Trouvé dans son kiosque à Mafanco où il fait la photocopie et autres services, Fodé Condé a, devant nous, perdu des clients à cause du courant. En dehors de son lieu de travail, il vit la même réalité dans sa maison.

« Là où je suis, je n'ai pas de courant électrique. Cela fait quelques jours que nous assistons à ces délestages. Même chez moi à la maison nous sommes confrontés à la même situation. Il y a de ces nuits où on passe la nuit dans le noir. Comme vous le constatez, depuis le matin je n'ai reçu aucun client et ce qui est marrant, la fin du mois, ils viendront avec la facture », déplore ce jeune qui invite les autorités à améliorer la desserte. 

Abondant dans le même sens, notre confrère Amadou Lama Diallo, journaliste reporter à la radio nationale admet qu'il passe souvent la nuit dehors. Une façon pour lui d'éviter la forte chaleur. Et ce n'est pas tout. A cause des coupures de courant, il lui arrive de manquer la grande édition du JT de la télévision nationale. 

« Depuis près de dix jours, il y a un délestage qui ne dit pas son nom à Conakry. Dès fois toute la journée, il n'y a pas de courant dans les foyers. Mais c'est pour la nuit qui est difficile. Si vous perdez le courant à 22 heures, il vous faudra attendre jusqu'à 3 heures du matin. Même hier on n'a vécu le cas. Lorsque la pluie a débuté, le courant est parti. Avec cette chaleur, on ne peut pas dormir. Il y a trois jours de cela, je n'ai pas pu dormir. J'étais assis au dehors, connecté sur mon téléphone qui était un peu chargé. C'est lorsque le courant est revenu que je suis allé me coucher. Il m'arrive souvent de rater l’édition du journal de 20 heures 30’ », déplore notre confrère.

Ibrahima Kalil Barry qui loge à Cosa Demoudoula, n'est pas épargné par les coupures intempestives. A l'en croire, le cas de son quartier est un peu différent des autres. Car selon lui, le courant vient dans certains ménages pendant que d'autres n'en ont pas.

Les raisons de ces délestages

Interrogé ce mercredi 18 mai sur les raisons de ces coupures intempestives, Laye Sékou Camara Directeur Général de EDG ( Électricité de Guinée) a tout d'abord précisé que le problème n'est pas au niveau de la production. Selon lui, la production en courant électrique a augmenté. A date, après la construction de Kaléta et Souapiti, ils sont à 690 MGW sur le réseau de production.

A l'en croire, les délestages constatés en ce moment dans plusieurs foyers sont dus d'une partie, au changement de saison et aux intempéries de la nature. A cela s'ajoutent les travaux de maintenance et de construction de nouveaux postes de distribution. 

« Nous sommes au mois de mai c'est-à-dire l'entrée de la saison des pluies qui amène des perturbations, des grands vents. Vous avez deux périodes : l'entrée et la sortie. Au mois de septembre aussi, on risque d'avoir les mêmes situations parce qu'il va y avoir beaucoup d'orages. Donc, il faut apprêter le réseau pour qu'il puisse tenir. C'est pourquoi, vous avez des injections de postes. A Kissosso par exemple, on a mis un nouveau poste pour décharger un peu. Matoto et à Sonfonia Casse aussi, on est en pleine construction d'un nouveau poste qui va nous permettre de prendre toute la banlieue.

A Sanoyah aussi, nous sommes en construction d'un nouveau poste qui va nous permettre de décharger Coyah, Maférinyah, Forécariah. En fait aujourd'hui, on en train de mettre l'accent sur la maintenance des équipements. Si les équipements ne sont pas maintenus, demain on ne pourra pas tenir cette demande. C'est pourquoi actuellement, les équipes de la distribution travaillent sur la maintenance. C'est pour cela vous voyez dans certains quartiers, il y a des coupures de 08 heures jusqu'au soir », a déclaré Laye Sékou Camara.

Outre ces facteurs sus-évoqués, le Directeur Général de EDG soutient que les coupures intempestives de courant sont aussi causées par l'endommagement des installations.

« Aujourd'hui, nous avons beaucoup de câbles souterrains qui sont endommagés par les travaux de route. Vous voyez souvent à Kaloum en pleine journée, un câble se coupe à cause des travaux de route. Donc, il faut réparer et remettre l'énergie dans ce secteur-là. EDG subit présentement et nous avons même écrit au ministre des travaux publics pour dire désormais nous allons facturer ces dérangements parce que, l'entreprise qui est en train de faire les toutes ne nous consulte pas avant d'aller piocher nos câbles. Ça nous cause des désagréments. Non seulement la clientèle se plaint mais aussi nous perdons du temps à réparer ces câbles et nous dépensons énormément là-dessus», a-t-il déploré.

En ce qui concerne la grande coupure constatée récemment, le Directeur Général de EDG a encore accusé les phénomènes atmosphériques. 

« On a eu un câble qui s'est détaché et qui a touché un pylône. Et vous avez, les mises à la terre sont maillées, sont interconnectées. Si tu mets un pylône à la terre à Conakry, il va se répercuter jusqu'à Labé. C'est ce qui est arrivé mais c'est à cause du vent qui a décroché un de nos câbles. Forécariah a fait deux jours sans courant. Donc, il fallait travailler toute la nuit pour pouvoir redonner le courant. Les transformateurs même se sont décrochés à cause vraiment de la vitesse du vent. C'est ce qui a amené cette grande coupure », a dit Laye Sékou Camara qui a indiqué des dispositions pour demander à toutes les centrales d'être prêtes à renvoyer la tension au cas où une telle situation arrive.

 

Siba Engagé

Pour Africaguinee.com

Tel: ( 00224) 623 06 56 23

Créé le Mercredi 18 mai 2022 à 16:40