Guinée forestière: Les producteurs agricoles tirent la sonnette d’alarme…

N'Zérékoré

CONAKRY- A Nzérékoré, zone agricole par excellence, les producteurs agricoles ne savent plus à quel saint se vouer. Et pour cause, les prix des intrants agricoles connaissent une hausse démesurée sur le marché. Les semences, les herbicides, les engrais rien n’est épargné. Certains produits ont connu une hausse de plus de 55%. Une situation intenable et inquiétante pour les agriculteurs qui sont entrés de plain-pied dans les préparatifs de la saison agricole.

"L'année passée, on prenait le carton d’herbicides à 450.000Gnf. Mais cette année, lorsque je suis allé au marché pour demander le prix, on m’a dit que c’est 750.000Gnf. Soit une augmentation de 300.000Gnf. D’autres intrants ensachés qu’on prenait à 10.000 l'année dernière, cette année, ils se négocient à 15.000 Gnf. On ne connait vraiment pas la source de ces augmentations. Nous avons beaucoup d'inquiétudes. On se demande comment réussir la campagne agricole dans ce contexte de hausse des prix sur le marché », s’alarme Angeline Théa.

Comment expliquer cette inflation ? Selon certains observateurs les effets induits de la crise internationale avec en toile de fond la guerre en Russo-Ukrainienne, ne sont pas loin. L’envahisseur Russe frappé par une avalanche de sanctions occidentales, mais également le pays agressé, sont tous de gros producteurs et d’exportateurs de produits agricoles. Certains produits ont connu une hausse de plus de 60%.

« Les herbicides Sabati qu'on vendait à 35.000 GNF, s'arrachent de nos jours sur le marché à 65.000 GNF. Ces pompes de pulvérisation qui sont-là, on les revendait à 150.000 mais maintenant c'est 350.000Gnf. Nous nous ne partons pas à l'international pour importer ces produits. Ceux qui y vont nous ont dit que ce sont les chinois eux-mêmes qui ont augmenté les prix, vrai ou faux on ne sait pas. Pour les engrais, nous prenions l'année dernière au magasin du gouvernement à 350.000Gnf, mais aujourd'hui le bon prix auquel on gagne, c'est 650.000Gnf, d'autres disent 670.000. C'est dans cette peine nous sommes actuellement », renchérit Fodé Kaba Sylla.

Ce fermier agricole lance un message au gouvernement guinéen. « Nous sommes tous des agriculteurs, même moi j'ai été dans mon champ ce matin. Ce que nous demandons au gouvernement c'est de nous aider à diminuer les prix. Puisque nous ne pouvons pas nous en passer de ces engrais et intrants agricoles, nous les agriculteurs", soutien-t-il.

La région forestière est souvent présentée comme le Grenier de la Guinée. Riz, banane, patate douce, manioc, café…la liste de produits venant de cette région et qui est ravitaillée à travers le pays est longue. Cette cherté des prix sur le marché soulève de vives inquiétudes chez les agriculteurs. Le rendement risque de nettement baisser.

Interrogé, le responsable de la chambre préfectorale de l'agriculture de Nzérékoré a apporté quelques précisions sur cette triste réalité. Selon lui, c'est depuis le coup d'état du 5 septembre dernier que cette crise s’est durcie.

"Les autorités avaient décidé d'envoyer des intrants agricoles, on ne sait pas ce qui s'est passé, ça coïncider au coup d'état, tout a été freiné. Sinon, on avait promis, ils ont même envoyé quelques intrants qui ont été vendus. Nous avons arrangé très bien le bureau. Après cela, le coup d'Etat est intervenu. Donc depuis ce jour, on nous dit ça vient, mais on n’a jamais vu ces intrants agricoles", nous a confié David Loua, président par intérim de la chambre préfectorale de l'agriculture à Nzérékoré.

A suivre…

 

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d'Africaguinee.com

A Nzérékoré

Tél. (00224) 628 80 17 43

Créé le Lundi 16 mai 2022 à 13:37