Oustaz Mamadou Oury s’exprime sur l’affaire Oumou Hawa : « Il ne faut pas vendre sa dignité, son honneur, sa foi… humilier ses parents"

Guinée
Oustaz Mamadou Oury Barry
Oustaz Mamadou Oury Barry

CONAKRY- C’est l’une des voix religieuses les plus « crédibles » et les plus « respectées » chez les musulmans en Guinée. Oustaz Mamadou Oury Barry. Il s’est exprimé sur l’affaire « Oumou Hawa Bah », cette jeune dame qui s’est reconvertie dans le christianisme avant d’être mariée par un jeune Pasteur, Tamba Zacharie Milimouno, également journaliste de renom.

Après le grand imam de Conakry, Elhadj Mamadou Saliou Camara, cette autorité morale et religieuse a donné sa lecture sur ce fait de société qui continue de défrayer la chronique en Guinée et au-delà.

Dans son sermon du vendredi 13 mai, Cheikh Mamadou Oury a ouvert une large parenthèse sur l’apostasie, priant Allah de ramener la jeune « Oumou Hawa » devenue Esther après sa reconversion, de revenir sur le chemin de l’islam.

« L’apostasie n’a pas commencé aujourd’hui. Certains l’ont fait au temps du prophète Mohamed (PSL), d’autres pendant ses compagnons (…). Abandonner sa religion l’islam comme l’a fait notre sœur, notre fille, descendante d’une digne lignée, c’est un grand scandale. Nous prions Allah, qu’il la ramène dans l’islam », a lancé le chef religieux.

Tout problème qu’un homme peut avoir sur ce bas monde, si celui-ci ne touche pas sa religion, s’il ne perd pas sa foi religieuse, il peut s’en réjouir, relève-t-il expliquant que le prophète Mohamed (PSL) aimait beaucoup prier Allah pour qu’il épargne sa foi religieuse des autres problèmes de la vie.  

« (…) Gloire à Allah. Mais tu (Oumou Hawa) quittes une religion (l’islam, ndlr) qui attire du monde. Car aujourd’hui, ceux qui embrasses l’islam, de grands intellectuels, des savants, de grandes personnalités, on ne peut pas les dénombrer. Seul Allah peut savoir leur nombre. Le retrait d’une goutte d’eau aurait-il un impact négatif sur la mer ? Non », explique Oustaz Mamadou Oury, avant de prier plus loin pour cette jeune fille.

"Ici, on ne peut recommander l’application de la charia de l’islam sur elle. Mais ce que nous lui prions, nous lui demandons : Il ne faut pas accepter de vendre sa dignité, son honneur et sa foi. Il ne faut pas humilier ses parents, sa famille. Qu’elle accepte de revenir dans l’islam. Car c’est dans son intérêt. Allah va accepter sa repentance. Si elle ne revient pas aussi, c’est à ses risque et péril. Car l’islam (religion des musulmans, ndlr) se porte bien ».

Focus Africaguinee.com.

Créé le Dimanche 15 mai 2022 à 17:37