Guinée : La position de l’UFDG sur l’interdiction des manifestations de rue

Guinée
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG

CONAKRY- L’interdiction des manifestations de rue par le CNRD continue de cristalliser les débats en Guinée. Si Lansana Kouyaté approuve la décision de la junte, ce n’est pas le cas à l’UFDG dirigée par l’ancien Premier ministre Cellou Dalein Diallo. L’union des forces démocratiques de Guinée dénonce une violation des Lois du pays et appelle le comité national du rassemblement pour le développement (CNRD) à revoir sa « copie ».

« Nous avons applaudi le CNRD lorsque son président a dit que la justice était instrumentalisée et que désormais la justice et le droit seront la boussole. Aujourd’hui, nous constatons une déviation pour ne pas dire une dérive importante. Nous sommes obligés en tant que partenaire objectif de les ramener à la raison, en donnant des conseils. Le même CNRD qui a décrété que les Lois et les traités sont reconduits, a pris un communiqué pour dire que les manifestations sont interdites. Nous demandons au CNRD de revoir les copies de ces Lois, traités qui consacrent le droit aux manifestations pacifiques », a déclaré samedi 14 mai 2022, Kalémodou Yansané, un des vice-présidents du parti UFDG.

Dans un communiqué pris ce 13 mai, le CNRD a annoncé l’interdiction des manifestations politiques sur les voies et espaces publics jusqu’aux périodes de campagne électorales. « Tout manquement entraînera des conséquences de droit contre son ou ses auteurs », a menacé la junte qui a déposé Alpha Condé le 05 septembre 2021.  Pour l’UFDG, si le CNRD refuse les manifestations, ce refus sera gardé pour l’histoire

« L’UFDG n’a jamais été demandeur ou organisateur de manifestations violentes. Nous continuons à demander les manifestations pacifiques lorsque tous les recours sont épuisés.  Je le dis solennellement : si les autorités refusent la manifestation, nous garderons ce refus pour l’histoire », a martelé M. Yansané.

 

Ce responsable de l’UFDG indique que la mission des militaires est bien claire : protéger les frontières du pays et non s’assoir dans des bureaux. « Le militaire est formé, habillé, payé pour protéger nos frontières pour la sécurité du pays. Nous n’avons pas formé, outillé, les militaires pour qu’ils soient dans les bureaux. Nous conseillons nos frères qui sont aujourd’hui au Pouvoir de nous prendre aujourd’hui comme des amis sincères. Nous ne les caressons dans le sens du poil, nous leur disons la vérité », affirme l’ancien candidat à la mairie de Matoto.

A suivre…

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Dimanche 15 mai 2022 à 12:13