Interdiction des manifestations : "Acceptons…le pays a besoin de calme"

Guinée
Lansana Kouyaté, leader du PEDN et Mamadi Doumbouya, président de la Transition
Lansana Kouyaté, leader du PEDN et Mamadi Doumbouya, président de la Transition

CONAKRY- L’interdiction des manifestations politiques sur les voies et places publiques divise la classe politique. Si certains acteurs politiques dénoncent une violation de la Loi, d’autres approuvent la décision du Comité National de Rassemblement pour le Développement (CNRD). C’est le cas de l’ancien premier ministre Lansana Kouyaté. Il a donné ses raisons.

« Au temps du CNDD -(conseil national pour la démocratie et le développement), junte militaire de 2008 dirigée par Moussa Dadis Camara-, il y a eu des interdictions d’activités (politiques) de marche…à chaque fois qu’il y a une transition, c’est le même phénomène. La vie des partis politiques avait été hachée…finalement on est allé aux élections de 2010 avec beaucoup d’incertitudes.

Aujourd’hui, quand ils nous disent de rester dans nos sièges, acceptons la règle du jeu parce que le pays a besoin de calme et de tranquillité. Chacun a ses convictions, le moment du débat viendra. Mais pour l’instant, la Guinée a besoin de calme et de paix. Ce n’est contre personne. C’est pour une Guinée qui veut se relever », a déclaré ce samedi 14 mai 2022 Lansana Kouyaté

Préoccupée par cette décision de la junte, l’OGDH a tiré la sonnette d’alarme.  L’Organisation Guinéenne de Défense des Droits de l’Homme et du Citoyen rappelle que la Guinée est partie au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, à la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples qui garantissent tous le droit de manifestation. A ce titre, elle en appelle au CNRD à œuvrer pour garantir le respect du droit à la manifestation conformément aux obligations internationales souscrites librement.

A suivre…

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Samedi 14 mai 2022 à 21:17