Grève de l’intersyndicale de l’éducation : le mot d'ordre ignoré dans plusieurs écoles…

Guinée

CONAKRY- L’intersyndicale de l’éducation (SNE, FSPE et SLECG) appelle à une grève générale et illimitée dans le secteur de l’éducation à partir de ce lundi 25 avril 2022 sur toute l’étendue du territoire national. Qu’en est-il du suivi de ce mot d’ordre de grève ?

Un journaliste reporter d’Africaguinee.com a fait le constat dans quelques écoles à Conakry. Le moins que l’on puisse dire, ce que l’appel de ces organisations syndicales n’a pas été suivi à la lettre par les enseignants.

Au lycée collège de Sangoyah où nous avons effectué un tour aux environs de 8H, les cours se déroulaient de façon normale. Dans les salles de classe visitées, les enseignants étaient quasiment tous présents. C’est une seule absence que nous avons remarqué dans une salle.

Des gens à ignorer

Dans cet établissement, sur les 25 salles de classe, autant d’enseignants étaient programmés. Il y a eu 24 présents dont trois (3) femmes, d’après les chiffres présentés par le censeur de la 12ème et terminale, M. Facinet Camara. Interpelé sur leur présence alors qu’il y a un appel à une grève générale, un enseignant a décrit les meneurs comme étant des gens à ignorer.

Pour cause dit-il, « ces gens ne sont pas sérieux. Lorsque le SLECG d’Aboubacar avait appelé à la grève au moment où il y avait un gouvernement normal, ces gens (FSPE et SNE) étaient à la saboter. Ils recevaient des miettes des dirigeants d’alors pour saboter la grève. Aujourd’hui ces gens qui les protégeaient et leur donnaient de l’argent ne sont plus aux affaires, ils appellent à la grève pour défendre les intérêts des enseignants.

Je ne suis pas dans ça. On n’a pas été soutenu au moment où il le fallait, je ne vois pas la raison de suivre leur mot d’ordre de grève », dénonce M. Yogbo, professeur de physique dudit lycée.

L’effet d’Aboubacar Soumah

L’effet de l’appel au boycott d’Aboubacar Soumah, secrétaire général du SLECG (syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée) a contribué à ce boycott.

« Nous, Aboubacar Soumah nous a dit de ne pas suivre ce mot d’ordre de grève, donc nous sommes derrière ce qu’il a dit », ajoute cet enseignant qui nous a servi de guide lors de la visite des classes.

Au lycée collège de Lambangni, dans la commune de Ratoma, là également il y avait de l’engouement dans les salles de classe. Dans cette école, pratiquement les autorités affirment n’avoir pas enregistré d’absents.

Au collège par exemple, pour les deux (salles) de 9ème, les enseignants programmés ont répondu présent. De même pour les trois salles de classe de la 10ème où les enseignants sont venus donner cours. Au niveau des classe de terminale également, les cinq (5) enseignants programmés pour les 5 salles de classe ont répondu présent, a déclaré Bangaly Doumbouya, le proviseur.

A l’école primaire de Lambangni, sur les 14 enseignants programmés, 13 ont répondu, alors que sur une effectif total 835 filles, 608 ont répondu présent dont 291 filles. Selon les statistiques du Directeur, M. Kaloga Youssouf.

 

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 655 311 114 

 
Créé le Lundi 25 avril 2022 à 14:16