Ibrahima Baldé : Un présumé "escroc" qui a fait plusieurs victimes guinéennes en Europe…

Allemagne
Ibrahima Bah, le présumé escroc
Ibrahima Bah, le présumé escroc

CONAKRY-Ses victimes se comptent par dizaine. Ibrahima Baldé a fait la misère à plusieurs compatriotes Guinéens vivants au pays et en dehors. Ce jeune qui, selon ses victimes n’a pas de résidence fixe, a réussi à « arnaquer » plusieurs personnes dont certaines ont décidé de le poursuivre en justice.  Des montants colossaux, sont tombés dans ses poches au grand dam de ses nombreuses victimes qui ne savent plus où mettre la tête. Ce, à cause de l’ampleur de la perte subie.

Voici le modus operandi utilisé par ce présumé arnaqueur

Ibrahima Baldé puisqu’il s’agit de lui, surfe sur la sensibilité de ses proches, amis sur les réseaux sociaux, connaissances et autres. Il invente des histoires à dormir débout pour leur demander urgemment de l’argent dans le but de soigner sa mère qui serait « gravement malade ».

Pour parvenir à ses fins, le présumé arnaqueur fait des faux virements bancaires qu’il fait miroiter à ses victimes. C’est là qu’il parvient à tromper leur vigilance. Par exemple, pour le cas de Mamadou Dian Barry, une de ses victimes, il s’est fait avoir plusieurs fois par le présumé arnaqueur, lors d’une fausse transaction bancaire. Il a perdu 3.200 Euros.

De par le même procédé, Alpha Diallo qui vit en France est tombé dans le piège. Selon lui, il a été appelé par Ibrahima Baldé courant décembre 2021. Il lui a demandé un virement bancaire dans l’urgence. Proposition qu’il a acceptée volontiers à cause du motif humanitaire invoqué par Ibrahim : « sauver la vie de sa mère ».

« Il m’a appelé pour me dire qu’il voulait envoyer de l’argent. Il m’a dit qu’il allait me faire un virement, je lui ai dit OK. Il m’a fait savoir que sa mère était gravement malade et qu’elle devait être évacuée au Maroc parce qu’elle a le cancer du sein. Je lui ai dit, tu me fais le virement et moi je te paie au bureau. Du coup, je lui envoie le compte bancaire pour qu’il me fasse le virement. Il m’a envoyé des ordres virement… Et, moi j’ai cru que c’est de la réalité. J’ai fait le code et on l’a payé. Et après, il m’a appelé pour dire que sa mère a bel et bien subi l’opération mais qu’il reste des traitements à faire. Si je ne l’aide pas, ce que je lui ai donné ira dans l’eau.

Comme j’ai reçu un autre virement, j’ai payé. Pour la troisième fois c’était un lundi, il m’a appelé pour me dire qu’il veut d’un autre montant. J’ai dit pas de problème, comme tu me fais tout le temps le virement, il n’y a pas de problème. Après tout, j’ai contacté la personne à qui on devait faire le virement dans son compte. La personne m’a dit qu’elle était en vacances et qu’à son retour, le comptable va vérifier. J’ai dit de toutes façons, ils ont déjà reçu de l’argent en Guinée. Quelques jours après, l’Italien m’appelle pour dire qu’il n’a rien reçu. Je lui ai dit que c’est impossible.

A l’immédiat j’ai appelé Ibrahima Baldé pour lui dire qu’aucun virement n’a été fait dans le compte. Et là, il devient nerveux, il crie et pense que je veux le traiter de voleur. On a fait des recherches dans les banques qui ont confirmé qu’il n’y avait rien dans le compte. C’est à partir de là j’ai su que je me suis fait avoir », a témoigné Alpha Diallo qui accuse la sœur d’Ibrahima Baldé de complicité. « Sa grande sœur est complice car, c’est elle récupère l’argent », a-t-il dit.

Pour recouper, nous avons joint le principal mis en cause dans cette rocambolesque affaire. D’entrée, Ibrahima Baldé jure n’avoir arnaqué personne. Toutefois, il a reconnu avoir contracté des dettes qui sont impayées jusque-là.

« D’abord je ne sais pas combien de personnes vous ont dit cela car, depuis quelques jours, des gens que je ne connais pas, ont inventé des histoires pour dire que je suis un arnaqueur. Je mets ma tête à couper, je n’ai arnaqué personne parce que, je n’ai pas nié que je détiens leur argent. Je me suis engagé à payer jusqu’au dernier centime. C’est tout ce que j’ai à dire pour le moment. Dès que je finis de rembourser, je m’exprimerai parce que, personne ne me croit actuellement et d’ailleurs je comprends cela », a déclaré Ibrahima Baldé.

A l’en croire, c’est Mamadou Dian Barry, une de ses victimes qui est l’instigateur de cette campagne de dénigrement dont il fait l’objet de part et d’autre. Cependant, il reconnait sans gênes n’avoir pas respecté l’engament qu’il a signé.

« Tout ce déferlement est orchestré par Dian Barry, un monsieur à qui je dois 14.500 Euros (plus 625 Euros comme intérêt) pour un total de 15. 125 Euros. Et, comme je n’ai pas pu respecter mon engagement envers lui, il m’a dit qu’il me détruira et finira avec ma crédibilité. Je me concentre à payer les dettes que j’ai contractées. Je suis décidé à payer au risque de ma vie s’il le faut. Je ne me cache de personne c’est la raison pour laquelle vous avez réussi à me contacter », a-t-il dit.

La liste de quelques victimes

Dian (France): 15. 125 Euros, Midiao (Allemagne):  27.500 Euros, Alpha Amadou ( France) : 4.000 Euros, Hadja (France) : 14.380 Euros, Abdallah (Canada) : 5.578 Dollars, Sidiki (Espagne) : 7.520 Euros, Chérif (Guinée) : 12.000 Euros, Seydi (France) : 2.720 Euros, Karim (Guinée) : 126.000.000 GNF et Aicha (Maroc) : 4.000 Euros.

Même s’il réfute la thèse d’une arnaque, nous avons reçu plusieurs documents dans lesquels, Ibrahima Baldé est accusé d’avoir procédé à des faux virements bancaires.

Au moins, onze (11) victimes sont recensées à date. Et, d’autres ont déjà porté plainte contre le présumé arnaqueur et deux de ses complices dont sa sœur (Fatoumata Diaka Baldé) pour « escroquerie, vol et arnaque en bande organisée ».

 

Siba Engagé

Pour Africaguinée.com

Tél. : (00224) 623 06 56 23     

Créé le Lundi 18 avril 2022 à 20:59