Assaut du 05 septembre contre le palais d’Alpha Condé : la défense de Kassory jette un pavé dans la mare…

Guinée
L'ancien président guinéen Alpha Condé
L'ancien président guinéen Alpha Condé

CONAKRY- « Combien il y a-t-il eu de morts le 05 septembre 2021 lors de l’attaque contre le palais Sékhoutouréah ? Pourquoi les magistrats n’ont-ils pas ouvert des enquêtes sur ces crimes ? ». Ce sont-là entre autres les questions que Maître Sidiki Bérété, l'un des avocats de la défense de Kassory Fofana et Cie pose aux magistrats guinéens.

Fustigeant la violation de la loi dans de la procédure ayant conduit ses clients en détention à la maison centrale le 06 avril dernier, l’avocat indexe le manque d’indépendance des magistrats. Pour lui, le procureurs notamment celui de la Cour de la Répression des Infractions Économiques et Financières, agissent sur « ordre du CNRD ».

« La Guinée est un pays où le ridicule ne tue pas. On nous fait croire un délit de détournement de deniers publics (contre des personnalités). Le 05 septembre, il y a eu combien de morts à Sékhoutouréah ? Malgré les cris, qui a levé les petits doigts ? Ces crimes aussi restent impunis. Que Allah sauve mon pays, ça ne va pas (…).

Ils (les procureurs, ndlr) sont aux ordres du CNRD, les hommes du 05 septembre. Ce n'est pas ça la justice. Parce que préparer les matelas cinq jours avant qu'on amène nos clients, c'était déjà prévisible. Ça ce n'était pas la volonté du procureur", accuse Me Sidiki Bérété. 

Procureur Maradona qui dribble la Loi

« On ne peut pas imaginer qu’on puisse placer des personnes sous mandat de dépôt pendant 10 jours, sans les présenter à un juge pour faire la première comparution. C'est pourquoi quand j'ai dit que c’est un procureur (Aly Touré, ndlr) roi, il fait aussi du Maradona, parce qu'il dribble la loi (…).

C'est pourquoi quand on dit qu’on doit aller devant la juridiction d'instruction, on refuse parce que le juge d'instruction qui va le recevoir, M. le procureur spécial va lui dire : oui, l'autorité du 05 septembre, les hommes du coup d'État, j'ai déjà promis et je les ai mis en prison. C'est le tribunal qui les a libérés.

Il veut s'abriter derrière des arguments, mais ça ne marchera pas, et on ne va pas l'accompagner pour blanchir les mandats. Ces mandats-là sont illégaux c'est pourquoi le référé pénal est déclenché », a indiqué maître Bérété alors que l’audience du référé en appel est prévue mardi 19 avril.

Dossier à suivre...

 

Siddy Koundara Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Tel : (00224) 655 311 114 

Créé le Samedi 16 avril 2022 à 13:24