Descente d’agents des forces spéciales au commissariat de Ratoma : "Ils ont tabassé les policiers et déchiré leur tenue..."

Conakry
Des éléments du Groupement des forces spéciales lors d'un défilé militaire à Conakry, image d'archive
Des éléments du Groupement des forces spéciales lors d'un défilé militaire à Conakry, image d'archive

CONAKRY-Le groupement des forces spéciales (GFS), fait parler de lui. Et pour cause, des agents de cette unité d’élite de l’armée guinéenne (formée par l’actuel président de la transition, Colonel Mamadi Doumbouya) ont fait une descente musclée au commissariat central de Ratoma où des policiers ont été tabassés puis conduits manu militari à la Compagnie Mobile d'Intervention et de Sécurité (CMIS) de Camayenne. L’affaire continue de défrayer la chronique dans la cité. Que s’est-il passé ? Africaguinee.com a enquêté sur les faits ! 

Le dimanche, 03 avril 2022, un agent du groupement des forces spéciales, dans une folle course, a percuté deux jeunes qui se trouvaient sur une moto. L'accident s'est produit devant le commissariat central de Ratoma sous les yeux de trois policiers qui étaient en poste ce jour. 

Dès après l'accident, l'agent des forces spéciales a voulu laisser les blessés à même le sol pour continuer son chemin. C'est là que les policiers qui ont suivi la scène sont intervenus pour lui demander de s'occuper d'abord des blessés. Une intervention qui a mis la poudre au feu. Car selon notre source qui a requis l'anonymat, l'agent des forces spéciales leur aurait dit qu'il est pressé et ne pouvait donc perdre assez de temps.

« Il n'a pas voulu s'occuper des jeunes qu'il a percutés. Je vous informe que l'un d'eux a eu les testicules blessés. Lorsque les agents de la police sont intervenus, il a voulu tirer avec son pistolet. Heureusement, les trois agents ont réussi à le maîtriser et ils l'ont conduit au poste », a-t-il révélé. 

Agacé par l'intervention des policiers qui ont réussi à le maîtriser et à le conduire au poste, l'agent des forces spéciales décide par la suite d’appeler sa base pour demander un renfort. Aussitôt, deux pick-up remplis d'hommes lourdement armés ont fait une descente musclée au commissariat central de Ratoma.

« Une fois au poste, il a pu appeler sa base pour demander du renfort. On a assisté à la venue de deux pick-up remplis d’agents des forces spéciales qui étaient armés jusqu'aux dents. Ils ont tabassé et déchiré les tenues des policiers qui étaient présents et ont arrêté cinq », relate notre source qui indique que le commissaire adjoint et un lieutenant seront finalement relâchés grâce à l'intervention du coordinateur des unités d'intervention. 

Aujourd'hui, trois agents du commissariat central de Ratoma sont privés de liberté. A en croire notre source, les brigadiers chefs Ibrahima Kaba, Mamadi Touré et un adjudant-chef affectueusement appelé" Massagui" sont jusqu'à présent détenus à la Compagnie Mobile d'Intervention et de Sécurité (CMIS) de Camayenne.

Du côté des responsables du commissariat central de Ratoma, c'est silence radio. Toutefois, le commissaire nous a fait savoir qu'un rapport sur cet incident est en cours de rédaction. Une fois fini, il sera déposé sur la table du ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Bachir Diallo qui décidera de la suite à donner au document.

Pour le moment, le ministère de la Défense n'a pas communiqué sur cette affaire. 

 

Siba Engagé

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 623 06 56 23

Créé le Mardi 05 avril 2022 à 16:35