Femme "fouettée" à N'zérékoré : L'imam Ismaël Sanoh condamné !

Guinée forestière
Image d’illustration
Image d’illustration

N’ZEREKORE- Ismaël Sanoh, l’imam qui avait administré le 11 février dernier, cent coups de fouet, à une fille venue confesser ses « péchés charnels », dans sa mosquée (Angola), a été condamné ce mercredi 23 février 2022, par le Tribunal de première instance de N’Zérékoré.

Le religieux âgé d’une soixantaine d’année a été reconnu coupable de « coups et violences volontaires, voies de fait », puis condamné à 18 mois de prison assortis de sursis. Le verdict a été prononcé devant plusieurs autres imams venus assister au procès.

A la barre, Elhadj Ismaël Sanoh a plaidé coupable. Dans sa déposition, il expliqué les circonstances dans lesquelles, il a flagellé la femme qui a forniqué. L’imam explique que c'est la fille elle-même qui a demandé la flagellation. Cependant, il dit ne pas connaître la fille qui ne serait même pas de son quartier. 

« La fille est venue me voir avec son grand frère pour me dire qu'elle a commis la fornication et qu'elle a peur de la loi de Dieu. Donc, elle a demandé la correction. C'est elle-même qui a demandé à ce qu'on lui administre les 100 coups de fouet. Sinon, je ne la connais pas, je ne connais pas non plus son frère. Elle n'est pas du quartier. Comme elle est venue d'elle-même, c'est pour cela j'ai procédé à la correction. Puisqu’il y'avait plusieurs fidèles, je ne sais pas qui a filmé et diffusé la vidéo sur les réseaux sociaux. C'est suite à ça que j'ai été interpellé. Donc, je demande pardon, puisque je ne savais pas si la loi guinéenne interdisait cela », a expliqué Elhadj Ismaël Sanoh devant le juge.

Le procureur qui s'est saisi du dossier, a requis 18 mois de prison et le payement d'une amende de 3.000.000fg. Sidiki Camara est revenu sur la scène qui a conduit à l'interprétation de l'imam Sanoh.

"C'était le vendredi 11 février 2022.  L'imam Ismaël Sanoh a reçu un coup d'appel d'un inconnu. Ce dernier lui a dit que sa sœur a commis la fornication, de laquelle est sortie une grossesse. Donc, elle devait être corrigée. Vu que c'était vendredi, l'imam a donné le programme pour le samedi. Ce jour, après la prière, l'imam prend son fouet, il informe les fidèles qu'il y a une fille qui doit être corrigée. Il demande aux gaillards de tendre bien la fille. Chose qui fût fait et l'imam lui administre les 100 coups de fouet. Et puis, les deux (la fille et son frère) ont disparu", a expliqué Sidiki Camara, procureur près le tribunal de première instance de Nzérékoré.

Dans sa décision, le tribunal a condamné Elhadj Ismaël Sanoh à 18 mois de prison assortis de sursis. 

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d'Africaguinee.com

A Nzérékoré.

Créé le Mercredi 23 Février 2022 à 14:40