La nouvelle révélation de Jean Marc Teliano : "Lorsqu’Alpha Condé m’a accusé…"

Guinée
Jean Marc Teliano, leader du RDIG et l'ancien président Alpha Condé, image d'archive
Jean Marc Teliano, leader du RDIG et l'ancien président Alpha Condé, image d'archive

CONAKRY- C’est une affaire qui avait connu des retentissements au début du premier mandat d’Alpha Condé. Fraîchement arrivé au Pouvoir, l’ancien dirigeant guinéen s’était fixé pour objectif de faire de l’autosuffisance alimentaire une réalité dans trois ans. Pour ce faire, il initie une campagne agricole qui avait viré au fiasco.

Près de 20.000 tonnes d’engrais, 1.800 tonnes de semences de riz, des produits phytosanitaires et d’autres équipements agricoles, avaient été acheté et mis à la disposition des organisations paysannes.

Le litre d’herbicide qui devrait être acheté à 40.000 francs guinéens avait été surfacturé à 95.000 GNF. « Les gens ont profité pour faire du n’importe quoi dans l’achat des engrais et herbicides », fustigeait Alpha Condé, parlant de l’échec de la campagne.

A l’époque, Jean Marc Teliano, ministre de l’Agriculture avait été accusé d’être l’instigateur de la surfacturation des intrants agricoles (engrais et herbicides) que le gouvernement guinéen avait achetés pour la campagne agricole 2011. L’affaire avait embarrassé le Gouvernement Condé. Dix ans après les faits, Jean Marc Téliano, revient sur ce qui s’était passé dans cette affaire dans laquelle il a été cité, alors que la justice guinéenne vient d’exhumer plusieurs dossiers de prévarication de deniers publics. Explications.

« Lorsque Alpha Condé a porté la première accusation contre moi, je l'avais démenti. Pourquoi ? Parce que pour les intrants agricoles, je n'ai jamais fixé les prix. Normalement, c'est le Ministre de l'Agriculture qui devait prendre l’arrêté pour l’achat des intrants, mais comme on n'était pas dans une république normale, c'est le Premier ministre qui a pris l'arrêté pour fixer les prix. Je n'ai négocié avec personne.

Normalement, étant le maître d'ouvrage, quand on lance un appel d'offre, c'est le département de l’agriculture qui fait des propositions. Mais les choix ont été sélectifs, on a choisi le fournisseur des intrants agricoles, le fournisseur de l'engrais sans que je ne sois mêlé. Je n’ai été mêlé à rien.

En plus, ils ont mis un comité interministériel où il y avait 12 Ministres et qui était dirigé par le Ministre du Plan d'alors (Souleymane Cissé, Ndlr) comme s'il n'y avait pas un Ministre de l'agriculture.

Donc, s'il y a lieu de reprocher quoi que ce soit dans cette affaire, il faut le reprocher au comité interministériel qui était piloté par le président de la République (Alpha Condé ndlr). Donc, je n'ai rien à me reprocher. Je veux même qu'ils ouvrent les dossiers depuis l'indépendance ».  

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Lundi 31 janvier 2022 à 10:41