Voyage d’Alpha Condé : "C’est une crainte majeure puisqu’il n’a pas démissionné", avertit Mamadou Sylla

Guinée
Mamadou Sylla, président de l'UDG
Mamadou Sylla, président de l'UDG

CONAKRY-En septembre dernier, au lendemain du coup d’Etat, il avait exprimé des craintes par rapport à l’éventualité d’une sortie d’Alpha Condé en dehors du pays. Mamadou Sylla faisait observer à l’époque que le président déchu avait des moyens financiers et surtout des relations pouvant lui permettre d’engager des actions subversives pour déstabiliser la transition en cours. Maintient-il ses inquiétudes alors que la junte vient d’autoriser l’ancien chef d’Etat d’aller à l’extérieur pour se soigner ? Africaguinee.com l’a interrogé.

Bien que toujours prudent, l’ancien chef de file de l’opposition espère que la junte a pris toutes les garanties avant de laisser Alpha Condé partir.

« J’espère qu’ils ont certainement pris toutes les garanties qu’il faut. C’est pourquoi à mon avis, le CNRD lui a juste donné un mois, sauf avis contraire des médecins, pour qu’il puisse revenir en Guinée. Si cette inquiétude est réglée, il n’y a aucune objection à le laisser partir parce que c’est aussi un acte humanitaire surtout au vu de son âge. C’est vrai que j’avais exprimé des inquiétudes il y a trois mois sur les risques que constitue son départ de la Guinée, mais je pense que les autorités ont pris toutes les mesures », explique le leader de l’Union démocratique de Guinée.

Mamadou Sylla reste cependant sur sa « faim » et maintient sa prudence à cause du fait qu’Alpha Condé n’a toujours pas démissionné, contrairement à Ibrahim Boubacar Keita. Lequel avant d’aller se soigner avait rendu sa démission.

« Le monsieur n’a pas démissionné jusqu’à date. Je n’ai jamais entendu qu’il a démissionné, contrairement à IBK au Mali. Celui-ci avait signé sa démission avant de partir hors du pays pour ses soins, sur garantie de la CEDEAO. Chez nous, c’est une crainte majeure et je pense que tout homme averti doit avoir. Toutefois, je pense que les nouvelles autorités à travers le colonel Président, ont dû prendre toutes les garanties qu’il faut avant qu’il ne parte. Parce que ce sont des jeunes intelligents qui connaissent bien le monsieur. On n’a rien contre Alpha Condé, mais le souci de la stabilité du pays doit préoccuper tout le monde. Nous sommes d’accord qu’il faut le soigner pour qu’au cas où la justice aurait besoin de lui, qu’il soit apte à répondre en étant en bonne santé », indique l’ancien président du patronat guinéen.

A suivre…

 

Abdoul Malick Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Mardi 04 janvier 2022 à 13:05