Colère : nouvelle menace de manifestation à Conakry…

Conakry
Image d’illustration
Image d’illustration

CONAKRY-Une nouvelle menace de manifestation plane sur Conakry ! Irrités contre le non-paiement de leurs primes, les agents vaccinateurs engagés dans le front contre la covid-19, menacent d’envahir la rue si leur situation n’est pas régularisé dans le meilleur délai.

Alors que le Gouvernement entend lancer une nouvelle offensive pour enrayer définitivement la Covid-19 en Guinée, en insistant sur la vaccination, les prestataires sur le terrain soufflent le chaud et le froid. Lassés par les promesses non-tenues de l’agence nationale de la sécurité sanitaire, ces soldats de la santé publique menacent de se faire entendre.

Selon Dr Sanoussy Camara, le coordinateur général des agents vaccinateurs des cinq communes de Conakry, lorsqu’ils ont commencé la vaccination au mois de juin 2021, un document d’engagement leur avait été soumis avec la signature de l’ex Directeur général de l’anss, Dr Sakoba Keita. Dans ce document qui les liait à l’Anss, ils devraient percevoir un montant de 150. 000 Gnf par jour et par agent.  Les 50 000 étaient destinés aux frais de transport.

Mais quelques mois après le début de la vaccination, un autre document leur a été envoyé modifiant le premier. Dans ce document de l’Anss non signé par le DG sortant de l’Anss, les 50 000 de francs guinéens destinés au transport avaient été supprimés sans aucune raison justifiée. 

« Lorsqu’on a commencé le travail, le journalier c’était à 100 000 Gnf et le transport 50 000 gnf, le tout faisait 150 000 gnf. Et tout dernièrement, ils ont enlevé les 50 000 gnf pour le transport à travers un papier de l’anss non signé par l’ex Directeur général. Maintenant c’est 100 000 francs guinéens que nous recevons. C’est une sorte de sous-traitance. Ils ont coupé cette somme on ne sait pourquoi » s’interroge le coordinateur.

Malgré cette réduction non justifiée, les agents ont continué la vaccination sur le terrain ajoute-t-il. Mais sauf que les trois derniers mois, même les 100 000 francs guinéens ils n’en reçoivent plus.  

« Nous avons fait trois mois d’emblée sans rentrer en possession de notre dû. On a adressé un courrier au gouvernorat, un autre à la mairie de Kaloum pour organiser une marche pacifique puisque nous sommes dans une phase de transition mais on ne peut pas quand-même nous empêcher de manifester notre mécontentement vis-à-vis de l’Etat. On a fait trois mois de vaccination contre la covid-19, mais jusqu’à présent rien n’est encore fait. Nous avons contacté le nouveau directeur de l’agence nationale de la sécurité sanitaire qui nous a demandé de reprendre le travail mais nous lui avons dit à condition qu’on paie nos arriérés. Tant que nous se sommes pas payés nous n’allons pas reprendre le travail. Depuis que je lui ai dit ça il m’a demandé d’aller à sa rencontre. Ça fait un mois depuis qu’on a arrêté le terrain », a précisé Dr Sanoussy Camara.

Lors de la passation de service entre le Dr Sakoba Keita et le nouveau directeur de l’anss Pr Amara Traoré, le 7 décembre dernier, le ministre de la santé avait déclaré que les ressources que l’anss a demandées sont disponibles pour payer tous les arriérés ces équipes. Sauf que jusque-là, c’est le satut quo.

 

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 114

Créé le Lundi 13 décembre 2021 à 16:26