Saloum Cissé : « Le RPG arc-en-ciel n’est pas un parti violent… »

Guinée
Saloum Cissé, Secrétaire Général du RPG arc-en-ciel
Saloum Cissé, Secrétaire Général du RPG arc-en-ciel

CONAKRY-Comment le RPG arc-en-ciel compte-t-il agir pour obtenir la libération d’Alpha Condé ? Que sollicite-t-il auprès de la junte ? Regrette-t-il le départ de Jean Marc Téliano ? L’ancien parti au pouvoir s’associera-t-il à des manifestations pour faire aboutir ses revendications ? Saloum Cissé, le Secrétaire Général du parti fondé par Alpha Condé a brisé le silence. Interview.

AFRICAGUINEE.COM : Avez-vous des nouvelles au RPG de l’ancien Président Alpha Condé ?

SALOUM CISSSÉ : Nous n’avons aucune nouvelle parce qu’officiellement rien ne nous a été notifié concernant son état de santé, rien.

Êtes-vous inquiets ?

Nous sommes inquiets. Pourquoi ? Parce que nous n’avons aucune information officielle et les visites ne sont pas permises. Ce qui nous inquiète le plus, vu son âge, 83 ans, un homme de cet âge devient sensible à tous les maux. C’est à ce niveau que nous sommes inquiets.

Quelles sont les actions que vous avez menées pour tenter d’obtenir sa libération depuis qu’il a été arrêté ?

Dès le 1er jour qui a suivi son arrestation, le bureau politique s’est réuni, nous avons fait une demande au départ pour qu’une délégation puisse le rencontrer. J’étais parti ce jour avec monsieur Bah Ousmane (UPR) pour déposer la demander afin de le rencontrer, échanger avec lui mais depuis que la demande a été déposée, nous n’avons pas eu de suite.

Comment avez-vous accueilli son transfèrement à Dixinn au domicile de son épouse ?

Lorsqu’on a appris qu’il a été transféré, à travers le communiqué du CNRD (comité national du rassemblement pour le développement), j’étais très réconforté. Le lendemain, à 13h, je me suis déplacé vers le domicile de la première dame Mme Djéné Kaba Condé. Malheureusement, lorsque je suis arrivé, il y avait un attroupement de quelques personnes aux abords et en face de la résidence. Lorsque j’ai foncé vers les militaires, ils sont venus vers moi pour me demander qu’est-ce que je voulais ? 

Je leur ai dit que j’aimerais rencontrer le Pr Alpha Condé. Ils m’ont dit que la visite n’est pas permise. Lorsqu’on m’a dit cela, j’ai rebroussé chemin. Ce même soir, on avait une réunion du comité de crise, je suis allé leur dire que je n’ai pas pu rencontrer le Professeur. Sinon, c’est une nouvelle que nous avons applaudie mais comme la visite n’est pas permise, ça devient pour moi de l’énigme.

Le fait de le transférer à la résidence de sa femme est une très bonne chose. Mais si on était autorisé à le rencontrer, à échanger, ça allait nous rassurer. Malheureusement, ce n’est pas le cas.

Le Sous-secrétaire d’Etat adjoint au bureau des affaires africaines du département d’Etat Américain Michael C. Gonzales et Moussa Faki Mahmat président de la Commission de l’union africaine ont successivement rencontré les nouvelles autorités de Conakry. Dans leurs différents messages, le cas d’Alpha Condé n’a pas été évoqué. N’avez-vous pas le sentiment d’être seul dans ce combat pour sa libération ?

Seul c’est trop dit. De toute les façons, le Professeur Alpha Condé est une grande personnalité. Il a joué un rôle très important en Afrique. Mais ce qui est sûr, ces délégations qui viennent n’ont pas sollicité à rencontrer la direction nationale du parti. Donc, nous ne connaissons pas les tenants et les aboutissants de ces différentes délégations et le Professeur.

Que compte faire le parti pour enfin rencontrer l’ex président ?

Nous sommes en train de faire des contacts endogènes et exogènes. Je ne rentrerais pas dans les détails parce que tant qu’une stratégie n’aboutit pas, elle reste tenue secrète.

Dans une interview qu’il a accordée à Africaguinee, Jean Marc Téliano a annoncé la rupture de l’alliance entre son parti et le RPG arc-en-ciel à cause, selon lui, du non-respect des accords établis entre vos formations politiques. Que lui répondez-vous ?

Jean Marc Teliano, avec tout le respect que j’ai pour lui, je pense que tout cela n’engage que lui. Pour nous, le RPG est avec une panoplie de partis politiques. Chaque fois que nous faisons un travail, on dit le Rpg et ses alliés. On n’a jamais négligé nos alliés. Mais on travaille avec les alliés qui sont disponibles. Ceux qui ne sont pas disposés à travailler avec nous, on ne peut pas leur forcer la main. Nous tenons régulièrement nos réunions avec nos alliés notamment les (lundis et mercredi) pour échanger sur des sujets importants du parti.

Est-ce vous regrettez tout de même ce départ d’un de vos alliés ?

De toutes les façons nous voulons que notre entité soit unie, qu’elle agisse dans l’harmonie sans qu’il n’y ait de faille. Mais les hommes sont ce qu’ils sont. Chacun est libre d’actionner comme il veut. Nous sommes avec des alliés avec lesquels nous travaillons sans problème. On a débuté les rencontres avec les alliés depuis le 6 septembre, le lendemain de l’arrestation du Professeur Alpha Condé. Les alliés qui trouvent utiles de nous quitter, allez-y leur poser la question. Ils ont leur raison, mais je n’ai pas de jugement de valeur à faire sur leur départ.

Depuis la chute du régime d’Alpha Condé, l’on remarque l’absence de certains de vos alliés lors de vos rencontres, on les entend moins s’exprimer. C’est le cas d’Aboubacar Sylla. Comment vous comprenez tout cela ?

Je n’ai pas de jugement de valeur sur ça. Chacun est libre de jouer la partition qui lui semble être juste. 

Comment réagit le RPG arc-en-ciel face aux poursuites judiciaires engagées contre l’ancien Président guinéen Alpha Condé ?

Quand quelqu’un porte plainte dans un Etat de Droit, c’est le pavé qui est lancé à la mare. De toutes les façons, le Pr. Alpha Condé va essayer de se défendre. Devant la Loi, c’est un citoyen qui aura droit à ses avocats. Parce qu’il faut que Alpha Condé se défende et nécessairement il sera accompagné par ses avocats. Donc, ceux qui ont porté plainte sont libres, mais Alpha Condé aussi à ses droits. Et j’espère qu’il jouira de tous ses droits.

Quel appel avez-vous à lancer à l’endroit des nouvelles autorités ?

C’est de les inviter à élargir le Professeur Alpha Condé, compte tenu de son âge. A 83 ans, on devient un homme sensible à tous les maux, je crois que la Guinée a besoin de paix, de sérénité, d’un décollage rationnel dans le cadre du développement. Ce décollage rationnel ne peut se faire que dans la quiétude.

Le RPG n’est pas un parti violent, nous avons un parcours. Depuis 1988 nous sommes sur l’échiquier politique nationale, le RPG a toujours subi, mais notre parti incarné l’altruisme.

Notre sollicitude est que le Professeur soit élargi et que l’histoire puisse aussi nous enseigner que nous avons un ancien Président qui est là avec qui nous collaborons, auprès duquel nous pouvons demander des conseils, car ça sera un acquis très important pour le peuple de Guinée.

Notre souhait, dans ce pays-là, que l’ethnie ne soit pas mise en avant, que le terme Guinéen soit le mot référentiel de l’ensemble de tous les acteurs politiques. Que l’on cesse de se cacher derrière l’ethnie, que la préoccupation majeure des Guinéens soit aujourd’hui comment le pays peut décoller, que la chose publique soit préservée dans l’intérêt supérieur de la nation guinéenne.

Interview réalisé par Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 655 311 114

Créé le Samedi 11 décembre 2021 à 9:38