Dr Abass Diakité : « Le VIH n’est plus une fatalité..."

Guinée
Le secrétaire exécutif du comité national de lutte contre le Sida (CNLS), Docteur Abass Diakité
Le secrétaire exécutif du comité national de lutte contre le Sida (CNLS), Docteur Abass Diakité

CONAKRY-Le secrétaire exécutif du comité national de lutte contre le Sida (CNLS), Docteur Abass Diakité a salué les avancées enregistrées en Guinée dans la lutte contre le VIH-SIDA, malgré le contexte difficile lié à la COVID-19.

"Mettre fin aux inégalités, Mettre fin au SIDA et Mettre fin aux pandémies", c’est sur ce thème que l'humanité a célébré le 1er décembre 2021, la 33ème journée mondiale de lutte contre le SIDA. Une occasion qu’avait mise à profit Dr Abass Diakité pour expliquer et saluer les résultats enregistrés en Guinée dans la lutte. Il a cité entre autres :

  • La réduction de la prévalence nationale du VIH/Sida dans la population générale qui est passée de 1,7% à 1,5 % ;
  • La prise en charge globale des personnes vivant avec le VIH/Sida qui est passée de 20 430 en 2015 à plus de 63 000 personnes vivant avec le VIH/Sida au premier semestre 2021.
  • L’augmentation du nombre de site de dépistage (CDV) de 89 à 149 sites soit une augmentation de 60 sites.
  • L’augmentation du nombre de site de Prévention de la Transmission de la Mère à l’Enfant (PTME)/ VIH de : 83 à 439 sites soit une augmentation de 356 sites.
  • L’augmentation du nombre de site de prise en charge (PEC) de 46 à 102 sites soit une augmentation de 56 sites.
  • L’acquisition et la mise à disposition permanente des kits sanitaires et denrées alimentaire en faveur des personnes vivants avec le VIH.
  • La réduction considérable de la morbidité et la mortalité attribuable au sida, qui est passé de 4 547 à 1 571, soit une réduction de près de 3000 décès.

Lire aussi-Conakry: Médecins Sans Frontières organise une caravane de sensibilisation sur le VIH/SIDA

Dr. Diakité a signalé que pour la première fois dans l’histoire moderne, il y a une véritable opportunité de rendre possible ce qui semblait autrefois impossible : contrôler une pandémie sans vaccin. « Le VIH n’est plus une fatalité ; c’est une maladie comme toutes les autres maladies chroniques », a-t-il martelé, saluant les efforts déployés par tous les acteurs et partenaires qui ont contribué à l’atteinte des résultats.

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Mercredi 08 décembre 2021 à 16:12

TAGS