Répression des infractions économiques : Plusieurs dossiers prêts à être jugés…

Guinée
Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne
Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne

CONAKRY-La traque aux prédateurs économiques va bientôt commencer. Plusieurs dossiers déjà prêts et qui dorment dans les tiroirs seront transmis à la Cour de répression des infractions économiques (CRIEF) dont les pouvoirs ont été renforcés hier soir par Mamadi Doumbouya.

Les attributions de la Haute Cour de justice, une institution judiciaire spéciale qui était prévue par l’ancienne Constitution, mais qui n’a jamais été mis en place sous Alpha Condé, sont désormais dévolues à la CRIEF.

A date 40 dossiers sont prêts à être jugés. Le CNRD est engagé à traiter ces dossiers jusqu’à l’aboutissement de décision de justice, a-t-on appris. La répression des infractions à caractère économique et financier attribuée à la CRIEF concerne le montant est égal ou supérieur à un milliard de francs guinéens. Preuve de la détermination des nouvelles autorités à nettoyer les écrues d’Augias, plusieurs infractions de nature économique sont désormais rendues imprescriptibles.

Leur liste est longue, mais on peut citer entre autres : les soustractions et détournements commis par les agents public, la corruption des agents publics nationaux, étrangers et internationaux, la corruption dans la passation, l’exécution et le contrôle des marchés publics, la corruption dans le secteur privé, les vols, extorsions, abus de confiance ou escroquerie lorsque la valeur des biens soustraits, dissipés ou détournés est égale ou supérieur à un milliard de francs guinéen, le blanchiment des capitaux et les infractions assimilées, le trafic d’influence, l’abus de fonction, l’enrichissement illicite, le délit d’initié.

A suivre…

 

Africaguinee.com

Créé le Mardi 07 décembre 2021 à 13:20

TAGS