Journées de réflexions sur la formation et la création d’emplois : Un étudiant écrit au ministre Alpha Bacar Barry

Formation professionnelle
Alpha Bacar Barry, ministre de l'Enseignement Technique et de la formation professionnelle
Alpha Bacar Barry, ministre de l'Enseignement Technique et de la formation professionnelle

M le Ministre de l’enseignement technique et de la formation professionnelle,

Pour commencer, je vous témoigne mon respect et un remerciement sincère, pour ce grand événement dédié aux « Journées de réflexions sur la formation et la création d’emplois » prévues les 9, 10 et 11 décembre. Je trouve cette idée géniale et j’aurais tellement souhaité y participer, malheureusement la distance ne me le permet pas. Néanmoins, je vais essayer de contribuer à la réflexion pour la réussite de votre mission au sein du C.N.R.D mais surtout pour le développement de notre cher pays.

Avant tout, je m’appelle BOIRO SEYDINA ALIOU âgé de 20 ans. Je vis en France depuis 2017. Je fais des études professionnelles. Actuellement, je suis en première année BTS en alternance apprenti chez ENEDIS, une entreprise publique qui fait partie du groupe E.D.F. Elle gère l’exploitation la distribution et la modernisation du réseau électrique français. Cette année, je prépare mon 4ème diplôme en électrotechnique. J’ai un diplôme de CAP un BEP et un BAC pro et je compte faire une licence pro après mon BTS.

Je suis arrivé en France par la voie de l’immigration clandestine en passant par la Libye, l’Italie.  Ce voyage, comme vous pouvez l’imaginer m’a laissé des cicatrices à vie. J’ai perdu des proches et vécu des choses horribles. Aujourd’hui je suis engagé plus que jamais dans la lutte contre l’immigration. Car après tout ce que j’ai vécu, j’ai compris qu’aucune vie ne mérite de périr dans le but de rejoindre l’Europe. Et ce combat, je compte le mener par la voie professionnelle car d’après des études, 60% des immigrés quittent leurs pays par manque d’emplois. La formation professionnelle est l’une des meilleures voies pour résoudre cette problématique.

PROPOSITIONS

Il s’agit de :

- Créer des C.I.O (centres d’informations et d’orientation). Ces centres seront les lieux où tous les élèves désirant être orientés seront reçus. Ils seront formés, conseillés et orientés. Chaque préfecture du pays, doit abriter un C.I.O. Les personnes qui y travailleront seront formées dans le cadre du marketing des métiers pro et doivent avoir le maximum de connaissances sur l’importance de ces dites formations.

-Le C.I.O centralisera toutes les écoles profesionnelles de la République.

-Un stage d’un mois obligatoire inclus dans le programme de l’éducation nationale dès la rentrée au lycée ou au collège, si possible. Mettre de l’exigence sur ça, accompagner d’une note obligatoire à valider pour aller en classe supérieure,

-A la fin de chaque stage, qu’il y’ait un rapport à rendre, une ou deux visites du professeur principal à l’élève lors de son stage.

 -Un cours de français dédié sur la rédaction des CV, lettre de motivation et des rapports de stage.

 - Chaque élève présentera son rapport devant ses camarades qui sera ensuite corrigé sur la forme, la présentation et le fond du rapport par le professeur.

 - Ouvrir les questions aux élèves après la fin de chaque présentation pour mieux comprendre l’activité sur laquelle leurs camarades ont à travailler.

 - La recherche de stage se fera sous plusieurs formes dans un premier temps par les élèves qui feront du porte à porte et déposeront des CV et lettre de motivation ou par internet si possible et aussi des C.I.O qui seront en partenariat avec les petites et moyennes entreprises. Ce stage obligatoire aura pour but de faire découvrir aux élèves les différents secteurs des métiers et les initier très tôt dans la professionnalisation. Ce qui facilitera leur orientation, si la moyenne ne les permet pas d’aller au lycée ou à l’université.

 -Imposer ou traiter avec toutes les grandes entreprises qui ont atteint un niveau élevé de chiffre d’affaires, de construire des écoles professionnelles modernes ou rénover et équiper les écoles existantes pour la formation de ses employés et futurs employés.

 -Ouvrir la voie de l’alternance aux élèves dans l’entreprise afin de faciliter la consolidation entre les études théoriques et la pratique sur le terrain.

 - La construction des écoles professionnelles et l’emploi des jeunes feront l’objet d’une réduction des impôts pour l’entreprise.

 -Créer des lycées polyvalents.

 Après un long constat et des échanges avec les jeunes, j’ai réalisé que la majeure partie parmi eux refuse de s’inscrire en pro parce qu’ils se voient exclus du milieu scolaire dont ils ont toujours fait partie. Le changement brusque de tenue et d’établissement les font peur -Les lycées polyvalents sont la solution à ces problèmes.

-Les élèves pro garderont les mêmes tenues que ceux en général, ils partageront les mêmes professeurs sur certaines matières.  C’est aussi une manière très efficace pour obtenir une main d’œuvre qualifiée.

 -Ces classes professionnelles seront accessibles aux élèves qui ont eu des difficultés tout au long de leur cycle de collège et ont obtenu une faible moyenne au brevet. C’est aussi une manière de filtrer les élèves très tôt au lieu de le faire au niveau du bac. Ce qui sera difficile. Par ailleurs cela nous permettra d’obtenir des niveaux d’études équilibrés.

-Fermer la formation santé pour une durée indéterminée et remplacer ces établissements par des établissements techniques et BTP. Cette formation est la plus suivie par les jeunes, ils sortent dans tous les niveaux de la 7ème au bac. La plupart d’entre eux n’ont pas une bonne formation de base et ils partent se former pendant 3 ans pour finir dans les différents hôpitaux, centre de santé et dispensaire du pays parfois commettre des erreurs irréparables, vendre des produits destinés gratuitement à la pauvre population, soutirer de l’argent aux pauvres patients etc. Chaque année, nous avons des milliers de jeunes qui sortent et rentrent dans les différentes écoles de santé dans le pays.

 -Si cette formation devrait continuer, elle doit faire l’objet d’une révision générale et qu’elle soit accessible qu’aux élèves admis au bac expérimental avec une moyenne minimum de 11.

Mr le ministre, j’arrive enfin au terme de mes propositions pour les journées de réflexion sur la formation et l’emploi en Guinée. En tant que jeune de ce pays, mon plus grand rêve est de voir la Guinée avoir la main d’œuvre la plus qualifiée de la sous-région ouest africaine et parmi les meilleurs en Afrique et surtout de servir ce pays qui m’a tout donné.

Je vous remercie vivement de l’attention que vous porterez à mes propositions et je me tiens à votre disposition pour toute autre information complémentaire.

Seydina Aliou Boiro

20 RUE JULES GUES DE et de la formation professionnelle 92130 ISSY LES MOULINEAUX

Adresse mail :  seydinabillboiro@gmail.com

Tel : +33651044048

Paris

Créé le Mardi 07 décembre 2021 à 16:28