Guinée : L’étau se resserre autour d’Alpha Condé...

Guinée
L'ancien président guinéen Alpha Condé, déchu le 05 septembre 2021
L'ancien président guinéen Alpha Condé, déchu le 05 septembre 2021

CONAKRY- L’étau se resserre autour du cou de l’ancien président guinéen Alpha Condé, assigné à résidence surveillée depuis sa chute le 05 septembre dernier. L’ancien homme fort de la Guinée (2010-2021), est dans le collimateur de plusieurs citoyens victimes de répressions sous son magistère.

En exclusivité sur Africaguinee.com, le président du « collectif des victimes et parents victimes du régime Alpha Condé », a émis le souhait de voir l’ancien président guinéen et ses ‘’complices’’ répondre de leurs actes quand ils étaient aux affaires. Oumar Barry que nous avons interrogé a indiqué que la perche est désormais tendue au tribunal de première instance de Dixinn pour mettre la lumière sur les exactions commises sous Alpha Condé à travers tout le pays.

’Ce vendredi 06 décembre 2021, nous avons émis l’idée de vouloir que justice soit faite. Nous ne savons pas jusqu’où les autorités de la transition sont prêtes à nous aider. Dieu merci le pouvoir de répression de Alpha Condé est déchu. Nous voulons tout simplement savoir pourquoi nos enfants ont été tués. C’est pourquoi nous réclamons justice auprès du CNRD qui s’est engagé à faire la justice sa boussole.

Nous savons tous que les auteurs de ces crimes, pour la plupart vivent et ils sont en Guinée. C’est Alpha Condé qui était leur mandant. Nous souhaitons, nous associations de victimes de répressions et de tueries à travers toute la Guinée, qu’il réponde de ses actes et que justice soit faite’’, a souhaité notre interlocuteur.

Les dix années de règne d’Alpha Condé ont été marquées par une défiance et une instabilité politique et sociale permanente. L’opposition et une partie de la société civile, mais aussi certaines Ongs de défense des droits humains dressent un bilan macabre d’environs 400 victimes. La répression sanglante du pouvoir reversé a atteint un pic entre 2019-2020. Dans le sillage du projet controversé de la réforme constitutionnelle et de son troisième mandat obtenu au forceps, de nombreuses vies ont été arrachées dans la douleur et l’impunité totale des auteurs.

Cette plainte intervient une semaine après le transfèrement de l’ancien chef d’Etat du Palais Mohamed V à Dixinn Landréah à la résidence de son épouse où il est assigné à résidence surveillée.  La junte a promis qu’elle continuera à assurer à l’ancien chef de l’Etat un traitement digne de son rang, sans aucune pression nationale ou internationale.  Quant à son sort, Mamadi Doumbouya assure qu’il est du ressort de la Justice de se prononcer sur son cas.

A suivre….

 

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 655 311  11 13

Créé le Lundi 06 décembre 2021 à 16:24