Guinée : Bah Oury exprime des "réserves" sur la création de la CRIEF...

Guinée
Bah Oury, leader de l'UDRG
Bah Oury, leader de l'UDRG

CONAKRY-Bah Oury a exprimé des réserves sur la création de la Cour de répression des infractions économiques et financières en abrégé « CRIEF ». Interrogé ce vendredi 3 décembre 2021 par Africaguinee.com, le leader de l'Udrg a indiqué la création d’un tribunal de ce genre aurait pu attendre la mise en place du CNT (conseil national de transition). L’ancien ministre craint une « inflation » des structures judiciaires. Pour ne pas faire des amalgames, il appelle à bien définir le « crime économique ».

“Je pense qu’il faut d’ores et déjà que le crime économique au point de vue de la loi soit bien défini pour ne pas faire des amalgames et que ce tribunal ne soit pas un fourre-tout. Personnellement, je pense qu’on aurait dû faire une ordonnance ou un projet de loi qui serait examiné par le CNT pour aller dans le sens de la mise en place d’un tribunal de ce genre. Puisqu’il y a les tribunaux qui existent déjà. Est-ce qu’il y a nécessité d’avoir un tribunal spécial à cet effet ? Ce sont des questions que les juristes sauront mieux apporter des réponses claires et efficaces », a réagi Bah Oury.

Lire aussi-Répression des infractions économiques : Voici les compétences de la CRIEF…

La Cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF) est chargée de la répression des infractions à caractère économique ou financier. Pour Bah Oury, il faut que les choses se fassent dans les règles de l’art.

« Il faut prendre garde de ne pas aller dans une dynamique d’inflation des structures judiciaires qui risquent de se bousculer ou de ne pas pouvoir évoluer de manière convergente. Mais si c’est pour réprimer les détournements des deniers publics, récupérer les fonds de l’État qui ont été, d’une manière ou d’une autre, détournés et s’assurer du suivi judiciaire des audits qui peuvent être engagés, alors c’est tout à fait convenable. Mais il faut que les choses se fassent selon les règles de l’art”, a indiqué l’économiste.

 

Abdoul Malick Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 669 91 93 06

 

Créé le Vendredi 03 décembre 2021 à 10:06