Chérif Bah à propos de Damaro et Cie : "Il faut être sans pitié à leur égard..."

Guinée
Ibrahima Chérif Bah, vice président de l'UFDG
Ibrahima Chérif Bah, vice président de l'UFDG

CONAKRY- L'ancien prisonnier sous Alpha Condé est très en colère ! Après la récente sortie des responsables du RPG-arc-en-ciel, Ibrahima Chérif Bah, vice président de l'UFDG en charge de la communication a lancé un appel au colonel Mamadi Doumbouya et au CNRD. Dans cet entretien, l'ancien gouverneur de la Banque s'oppose à la libération du Président déchu Alpha Condé, qui selon lui, doit "répondre de ses crimes". Il invite le CNRD d'écarter tous les obstacles qui se dresseront pour empêcher la réussite de la Transition. L'ancien pensionnaire de la maison centrale est favorable à l'exclusion de tous les promoteurs du troisième mandat dans le processus devant aboutir au retour à l'ordre constitutionnel, ce en vertu des lois SUPRANATIONALES. Entretien exclusif. 

 

AFRICAGUINEE.COM : Vous rentrez d'une mission en Basse et moyenne e Guinée. Quel était l'objet ? 

IBRAHIMA CHÉRIF BAH : C'est une mission que je me suis imposée, en Basse Guinée et au Foutah pour voir les parents et les amis. Après qu'on a été libéré, on a cherché à avoir des soins médicaux pour nous remettre en forme. Ce qui est le cas aujourd'hui, alhamdoulillah. Nous avons fait une tournée de remerciement des parents et amis qui voulaient nous voir pour se rassurer qu'on est libre et en bonne santé.  Parce qu'ils avaient entendu que j'étais malade, ma femme qui a beaucoup souffert, il fallait qu'on aille vers eux et on était surpris de la réaction populaire et de l'accueil. C'est une tournée qu'il fallait faire. En Basse Guinée on a été à Dubréka, Boffa et Koba. Au Foutah,  on a été  à Pita, Timbi, Labé, Taran et Dionfo. En deux semaines, on a visité toutes ces localités et on a vraiment été réconforté par l'accueil populaire. Ça faisait plus d'un an que je ne voyageais pas dans le pays parce que j'étais en détention. 

Mais en voyant l'état de nos routes, j'ai eu un choc, parce que j'ai fait plus de 1000 km lors de cette tournée. Je n'avais jamais vu notre pays dans un état de délabrement aussi poussé. C'est inacceptable qu'on parle de l'exportation des dizaines de millions de bauxite, et que la Guinée soit dans cet état. Ce n'est pas possible. Quand on parle des routes, vous vous rappelez de ce fameux accord cadre sino-guinéen de 20 milliards dollars "bauxite pour construire des routes". J'avais dit un jour que ces genres de contrats contiennent de graves problèmes d'évaluation. Nous on a rien vu comme travail sur les chantiers. C'est du gâchis, tout est arrêté, cela a été fait par ce clan d'Alpha Condé. 

Comment vous réagissez à la dernière sortie des responsables du RPG-arc-en-ciel ? 

J'ai été encore plus choqué quand j'ai entendu les propos tenus lors de cette conférence. Ayant vu ce que j'ai vu sur le terrain et que j'entende que des membres du clan RPG arc-en-ciel, parti Etat qui a mis à terre ce pays parler de la libération de ce monsieur ( Alpha Condé) qui doit répondre de ses crimes. Ce monsieur doit aller à la barre pour répondre de ses crimes. Ce qui nous est arrivé en Guinée,  a adopté quelqu'un, un enfant d'origine étrangère mais qui est né en Guinée, la Guinée l'a adopté comme fils mais ne l'a pas éduqué. L'éducation c'était autre chose parce que ce monsieur n'avait rien de Guinéen, il ne connaissait aucune coutume guinéenne. Nous ne l'avons pas éduqué, nous l'avons adopté jusqu'à le mettre chef d'Etat et ce dernier apparaît comme étant le principal destructeur de la Guinée sur tous les plans. Il a déchiré le tissu social de notre Nation en construction. Lui étranger en Guinée, il l'a mise en lambeau en opposant les ethnies. 

Ce monsieur a commis le crime politique de déchirer la loi fondamentale de ce pays après avoir juré que si il ne la respecte pas qu'on le poursuive pour parjure. Il a fait cela par le parjure. Il a tué des centaines de citoyens guinéens dont certains sont dans des fosses communes, il a du sang sur les mains. On parle de sa libération ? Quelle ineptie ? Quelle insulte à la Guinée ? Sans parler des crimes économiques. 

Quand le CNRD va faire des audits, les guinéens seront ébahis face à la destruction de l'économie que ce régime nous a imposé. Cette nomenklaturat du RPG-arc-en-ciel est en train de se faire passer pour des victimes alors que ce sont eux les auteurs de ce malheur auquel la Guinée est victime. Je crois que le CNRD doit prendre des mesures. 

Dans son communiqué que j'ai écouté, c'est une réaction molle à mon avis du CNRD. Le communiqué fait allusion à certaines entités politiques qui s'agitent et qui sont en train de perturber la transition. Mais je souhaite que le CNRD dise clairement qu'il s'agit du RPG arc-en-ciel tout de suite. Nous citoyens, avons besoin que le CNRD nous rassure. Moi je remercie profondément le Colonel Mamadi Doumbouya et son équipe qui m'ont libéré. Nous n'accepterons pas qu'un quelconque individu gêne la transition qui est en cours, qu'il soit du RPG ou d'autres entités. Empêchons que les gens induisent le Colonel et son équipe en erreur. 

Je veux que le CNRD soit ferme face à ces agissements, que le CNRD soit clair, qu'ils indexent les gens et qu'ils prennent des mesures qu'il faut. D'ailleurs on est protégé par la loi.

 Il y a des lois supranationales tel que la charte de la CEDEAO, l'article 25 alinéa 4 qui dit que toutes les personnes ou entités qui ont participé à un changement anticonstitutionnel pour se maintenir au pouvoir ne doivent pas participer aux élections ni aux institutions. 

Amadou Damaro Camara a dit "on est très gros pour être mis de côté". N'est-ce pas prémices d'une éventuelle crise ? 

Ce sont des mots. Il est gros parce que c'était un parti Etat. Donc dès que l'Etat est restructuré le parti est mort. Le CNRD ne doit pas avoir peur de ces gros mots, de ces genres de personnes qui disent ça. Quand j'ai entendu que les responsables du RPG arc-en-ciel ont été convoqué par le CNRD moi je pensais qu'ils allaient se reposer là-bas un peu pour réfléchir. Si c'était moi j'allais leur dire : restez là jusqu'à demain, vous allez réfléchir sur ce que vous avez fait. En tout cas, nous nous disons au CNRD qu'il faut absolument qu'ils soient fermes et balayer tous ces obstacles là devant eux pour faire marcher la transition. Rien n'est gros pour cette transition plus que l'appui populaire. Nous souhaitons simplement une notion de participation inclusive et non des destructeurs. Que les vrais citoyens soient partout. 

Les États-Unis ont retiré la Guinée de l'AGOA. Quelles conséquences selon vous ? 

En terme de montant, c'est très faible. La Guinée ne produit rien, la Guinée n'exporte rien pratiquement. Nous ne profitions pas de ce accord parce que nous ne produisons pas. Mais le principe, ce que c'est le changement du régime qu'ils ont mis en cause. Moi je n'ai pas peur de ça tellement. La junte peut simplement prendre bonne note. 

Le Ministre des Affaires Étrangères considère que c'est l'héritage de l'ancien régime qui a été sanctionné et non la junte. Qu'en dites-vous ?

Effectivement cette décision qui vient d'être appliquée a été prise à travers des dossiers anciens. Le régime déchu était un régime de violation des droits de l'homme, on en est la preuve de cela parce qu'on est victime. Tout compte fait, ils ont abordé le changement anticonstitutionnel dans leur document, la junte travaille à corriger cela. Pour moi ce n'est pas très grave. 

Quel est votre mot de la fin ?

L'état dans lequel le CNRD a pris ce pays est vraiment catastrophique. Ils le verront sur le plan des audits. Sur le plan moral on sait comment on se comporte aujourd'hui, sur le plan physique j'ai vu sur le terrain. C'est inacceptable. Ce faisant, on ne peut pas accepter que le clan qui est l'auteur de ce malheur là sur le peuple de Guinée se remmette en scelle et nargue les guinéens et le CNRD. Les gens qui s'agitent là s'opposent au changement positif que la Guinée est en train d'avoir pour la transition. Il faut être à leur égard sans hésitation et sans pitié. Donc le succès de la transition est lié à ces genres de comportements que le CNRD doit avoir maintenant et le futur. 

Nous souhaitons bonne chance au gouvernement et bonne chance au CNRD, nous sommes là avec eux. Nous nous opposerons à toute entité qui essayera de nuire le CNRD, ou de bloquer la transition ou de la retarder ou de créer une situation de trouble de nature à nous faire perdre cette opportunité que Dieu nous a donné. 

 

Oumar Bady Diallo 

Pour Africaguinee.com 

 

Créé le Mardi 09 novembre 2021 à 12:55