Sa maison, l’Assemblée nationale : Les nouvelles révélations de Damaro…

Guinée
Amadou Damaro Camara
Amadou Damaro Camara

CONAKRY- L’ancien président de l’Assemblée Nationale a apporté de nouvelles précisions sur l’acquisition du domaine qu’il occupait à la Minière. Amadou Damaro Camara, précise que son cas est différent des autres ministres qui habitaient dans des résidences de fonction. Dans cet entretien, l’ex parlementaire laisse entendre qu’il n’a jamais géré une « régie ». Il évoque également son passage à la tête de l’Assemblée Nationale.

 

AFRICAGUINEE.COM : Disposez-vous de toute la documentation liée à l’acquisition du domaine que vous venez de libérer à la minière ?  

C’est 1 600 mètres carrés, il y a plusieurs maisons construites là-dans. J’ai commencé à construire le bâtiment principal en 2010, j’avais même interrompu à un moment donné pendant les élections. Mais l’annexe qui est derrière a été construite depuis 2002, la superette en 2013. Tout ça a été fait alors que je n’étais même pas député, encore moins à la fonction publique. Je ne crois pas qu’en tant que député, on puisse faire tant de fortunes.  Je suis même allé jusqu’au titre foncier de bail pour enlever tout amalgame.

Toute la documentation est enregistrée au conservatoire du cadastre. J’ai payé tous les frais, toutes les quittances à tous les niveaux. Je paie 12 millions GNF par an, soit un million par moi comme redevance, juste sur le champ. Qu’on me téléphone comme ça : « vide les lieux », sans même une notice écrite(…) quand même. Mais je comprends tout ça. Et je défie quiconque me dirait : "tu as fait ceci ou cela".

Je suis bien d’accord que j’ai été vidé, mais ce n’est pas pour récupération des biens de l’Etat qui sont accaparés par d’autres ou des ministres qui ne sont plus en fonction qui veulent rester dans les maisons de fonction. Ça n’a rien à voir. Hadja Nantou a eu sa résidence en tant que ministre, ministre conseillère à la présidence, Dr Diané était ministre, Kalil Kaba était ministre, Dioubaté aussi. Ce dernier, on est venu lui dire à 17h de quitter et que le Premier ministre doit y passer la nuit. C’est incroyable. Je comprends que les nouveaux ministres qui viennent, surtout ceux de l’extérieur, qu’on libère les lieux pour eux. Mais ma maison n’est pas de cette catégorie.

Que répondez-vous à ces rumeurs persistantes sur une prétendue gestion opaque du budget alloué à l’Assemblée Nationale ?

On raconte beaucoup d’histoires (sur moi), mais je dis haut et fort : s’ils ont des questions à poser sur la gestion à l’Assemblée Nationale, je suis disponible. Il y a une autre confusion qu’on fait. A l’Assemblée nationale, tout ce qui est salaire, traitement du personnel, ne relève pas de l’Assemblée. Cela relève directement du ministère du Budget. Même les salaires des députés, leurs primes sont directement versées du Budget à leurs comptes. Je ne fais pas de chèque pour ça, je ne suis pas ordonnateur de ça.

 Je suis ordonnateur exclusivement de la ponction qui vient pour le fonctionnement, les avantages des députés et les 700 personnes que j’avais (à gérer), les primes secondaires de session qu’on donne. C’est de cela qu’il s’agit. C’est tout. Ce n’est pas le président de l’Assemblée qui est ordonnateur de tout le budget mis au compte de l’Assemblée.

Depuis 1985 j’ai quitté la fonction publique. Je précise que j’étais à la Banque centrale, donc ce n’était pas la fonction publique pure. Depuis mon arrestation en « 85 », je ne suis plus retourné à la fonction publique. Je n’ai jamais géré une régie financière et ce n’est pas en tant que président d’un groupe de députés que tu gères. Tu ne gères rien étant dans cette posture. C’est en tant que Président de l’Assemblée nationale qu’on gère le budget de fonctionnement de l’institution. Et ce que j’ai fait dans ça, en si peu de temps, personne ne l’a fait avant moi, personne ne l’a fait dans un autre ministère.  Comme réalisations, amélioration des revenus des travailleurs de l’Assemblée Nationale, personne ne l’a fait comme moi. Je défie quiconque me dira qu’il a fait autant à plus forte raison plus. Quand même ! (…)

Je n’ai rien construit lorsque j’étais président de l’Assemblée, je n’ai même pas eu le temps. On ne peut pas quand même amasser des fortunes ou construire des dizaines de villas comme on le prétend en 14 mois de gestion. Alpha Condé n’était pas l’homme à prendre des milliards et me les donner juste comme ça, sans que ça ne soit lié à une gestion. Je n’ai jamais été à la fonction publique depuis 37 ans. Depuis le 05 juillet 1985, je ne suis plus allé à la fonction publique. Il faut qu’on fasse très attention. J’ai essayé de faire une banque, j’ai essayé de faire un hôtel…j’ai été toujours dans le privé.

On ne peut pas me reprocher quand même d’avoir réussi dans certains secteurs ou pas pour que mes enfants puissent m’aider à faire ceci ou cela. Ça ce n’est pas interdit quand même ! Ils sont des guinéens. Ils ont tous étudié aux Etats-Unis pour évoluer. J’ai travaillé dur aux Etats-Unis (pour les former). J’ai travaillé comme pompier, vendeur de véhicules etc. pour élever mes enfants et leur donner une éducation. On ne peut pas me le reprocher.

Ce n’est pas de l’argent que j’ai envoyé à partir d’ici, d’un ministère ou d’une direction pour payer les études de mes enfants. Eux-mêmes ont travaillé pour se former. Mohamed a fait du football pour payer ses études à l’université. Quand on ne connait pas l’histoire des gens, il ne faut pas faire l’amalgame

A suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Créé le Lundi 08 novembre 2021 à 10:59