Chérif Bah : "La nomination de Ousmane Gaoual est bonne pour l’UFDG…"

Guinée
Chérif Bah, vice-président de l'UFDG
Chérif Bah, vice-président de l'UFDG

CONAKRY-Ibrahima Chérif Bah vient de s’exprimer sur la nomination de Ousmane Gaoual Diallo, son ancien codétenu à la maison centrale. L’ancien directeur député uninominal de Gaoual hérite du département de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire.  Pour le vice-président de l’UFDG en charge de la communication, cette nomination est un « honneur », tandis que de son côté Cellou Dalein souhaite « plein succès » à Ousmane Gaoual.

Dans un entretien qu’il a accordé à Africaguinee.com ce vendredi 5 novembre 2021, l’ancien gouverneur de la Banque centrale a livré des conseils à son ancien compagnon de maison centrale.

 

AFRICAGUINEE.COM : Comment avez-vous accueilli la nomination de Ousmane Gaoual Diallo votre ancien codétenu à la maison centrale ?

IBRAHIMA CHÉRIF BAH : Comme vous l’avez bien dit, c’est un ancien codétenu à moi, c’est aussi un ancien chef de la Cellule de communication de l’UFDG, c’est également un neveu ou un cousin, selon le cas. Nous sommes contents de cette nomination, elle est importante. Ousmane Gaoual Diallo qui était avant, UFDG est aujourd’hui national. Il doit servir le pays là où il est à son poste. On n’a aucun doute sur ses compétences, son esprit vivace. Il peut rendre service à la Nation à ce poste. Nous sommes contents et nous lui souhaitons bonne chance. Nous lui souhaitons une bonne entrée de prise de fonction et une bonne sortie plus tard dans la paix du cœur et l’intégrité morale et physique.

Est-ce que l’UFDG avait été consultée pour ce choix ?

Non, je ne suis pas au courant de ça. De toute façon, le CNRD à travers son président le colonel Doumbouya a indiqué qu’il a besoin de tous les guinéens. C’est lui qui choisit tel ou tel guinéen pour le nommer où il veut, quand il pense que ce guinéen peut l’aider à réaliser son programme de transition tel qu’il le souhaite.

Certains acteurs estiment que les partis politiques ne devaient avoir de représentants au sein du Gouvernement pour éviter des conflits d’intérêts. Qu’en dites-vous ?

Ceux qui disent ça commettent une grave erreur. Un politologue m’a dit : quand vous faites un coup d’Etat contre un régime en place, ceux qui sont emprisonnés par ce régime-là, deviennent automatiquement vos alliés. Cela est naturel. Ça se fait partout dans le monde. Mais en Guinée on entend tout. Les politiques opposants au système renversé sont avec vous. Pour nous, la nomination de Ousmane Gaoual à ce poste c’est bon pour l’UFDG, c’est un honneur. Parce que c’est un cadre du parti qui est ainsi dans le système de transition et il va jouer un rôle important, aider à la réussite. Mais maintenant il n’est plus UFDG, il est un citoyen ordinaire qui servira la Guinée toute entière là où il est.

Il hérite d’un département névralgique lorsqu’on sait tout ce qui s’est passé ces dernières années avec des démolitions entières de certains quartiers notamment Kaporo-rail. Ne risque-t-il pas de faire face à des difficultés liées à ce lourd héritage ?

Certainement il y en aura. Il y aura des difficultés liées à l’héritage, c’est inhérent. Parce que le domaine qu’on lui a confié est fortement réglementé. Je sais qu’il va appliquer des règles, bien entendu, sous la conduite du CNRD. Il y aura des frustrations, mais aussi longtemps que les règles appliquées sont bonnes pour le fonctionnement de la cité, de la ville, du pays et pour les citoyens en général, mais on y va. Il sera obligé d’appliquer les règles forcément. Mais l’important est d’agir en âme et conscience pour rendre service à la Nation.

Vous l’avez côtoyé pendant près d’un an en prison. Quels conseils lui donneriez-vous aujourd’hui ?

Il faut rester loyal envers le chef de l’Etat qui a eu confiance en lui parmi treize millions de guinéens ou par rapport à cent mille cadres du pays pour le nommer à ce poste. Il doit essayer de lui tenir au courant graduellement de la situation de ce secteur très sensible, afin qu’en harmonie, ils travaillent ensemble, sous la haute direction du Premier ministre chef du Gouvernement.

Quel regard portez-vous sur la composition de l’équipe gouvernementale qui vient d’être bouclée ?

Je ne connais pas tout le monde. Je connais quelques-uns seulement. Je souhaite simplement qu’ils réussissent la transition. Je souhaite qu’ils ne cherchent pas la durée, qu’ils cherchent l’efficacité, qu’ils cherchent à installer les bonnes bases pour le futur. Ce futur, ce sont les autorités qui seront élues et qui seront en action après la transition. Je tiens beaucoup à l’inclusion dans le Gouvernement. Je souhaite que tous les guinéens regardent ce gouvernement en se disant qu’ils se reconnaissent en lui. Après cela, c’est le rôle du Premier ministre, du chef de l’Etat de faire fonctionner cette structure de manière harmonieuse afin de réaliser leur programme de transition.

A suivre…

 

Africaguinee.com

Créé le Vendredi 05 novembre 2021 à 16:38

TAGS