Kindia : nouveau tremblement de terre à Bangouya, grosse frayeur chez les habitants…

Basse Guinée
Une maison effondrée à Warakhalan suite à un tremblement de terre en février 2021
Une maison effondrée à Warakhalan suite à un tremblement de terre en février 2021

KINDIA- La terre a de nouveau tremblé à Téne-Warakhalan, localité située dans la sous-préfecture de Bangouya, à Kindia. S’il n’y a pas de pertes en vie humaine à déplorer, le séisme a laissé des traces. Plusieurs habitations se sont fissurées, d’autres effondrées, a appris Africaguinee.com.

Ces nouvelles secousses sismiques sont intervenues, dans la journée du samedi 30 octobre, a appris Africaguinee.com, alors que la plupart des habitants étaient dans les champs, les enfants à l’école. Le tremblement de terre a été ressenti dans plusieurs localités de la sous-préfecture de Bangouya qui abrite le gigantesque barrage hydroélectrique de Souapiti.

Dans le district de Tene-Warakhalan, situé à environ 75 kilomètres dans le nord-ouest de la commune urbaine de Kindia, les secousses ont eu lieu entre 13h et 14h causant quelques dégâts. Les populations de cette localité vivent actuellement la peur dans le ventre face à ces phénomènes naturels qui sont devenus fréquents.

Lire aussi-Kindia-Tremblement de terre à Warakhalan : "les citoyens fuient leurs maisons..."

« Effectivement il y a eu un séisme ici hier qui a causé pas mal de dégâts. Une maison s'est effondrée suite à ce nouveau tremblement de terre. Les faits se sont déroulés aux environs de 13h à 14h 30mn. Une vingtaine de maisons ont été endommagées.

Nous sommes dans une inquiétude totale. Cela fait deux mois que ce phénomène s'était arrêté, mais avec la marée montante nous commençons à ressentir encore ces tremblements de terre.

Lire aussi-Kindia : Immersion à Warakhalan, frappé par un tremblement de terre...

Nous sommes très inquiets. Nous demandons aux nouvelles autorités de nous venir au secours. Parce que ce barrage nous a beaucoup impactés, l'eau ne fait que monter", explique Souleymane Soumah un citoyen de Warakhalan joint au téléphone.

Craignant d’être surpris la nuit, les habitants ont peur de passer la nuit dans leurs maisons

A suivre…

Depuis Kindia, Chérif Keita

Pour Africaguinee.com

Créé le Dimanche 31 octobre 2021 à 13:55