Baidy Aribot précise : "La BCRG n’est pas là pour faire la police…"

Guinée
Baidy Aribot, deuxième vice-gouverneur de la Banque centrale
Baidy Aribot, deuxième vice-gouverneur de la Banque centrale

CONAKRY- En Guinée, plusieurs entités publiques et parapubliques sont soupçonnées de détournement de fonds publics, dans le sillage du dégel de leurs comptes pour faire face notamment aux urgences salariales des travailleurs.

Pour lever les doutes, le CNRD a engagé une opération de contrôle. Dorénavant, la junte a averti que les entités qui se seraient rendues coupables de malversations, vont devoir rendre des comptes. La semaine dernière des Directeurs Généraux des EPA ont été convoqués pour être écoutés sur les excès constatés dans les mouvements de fonds.

Depuis que ce processus a été enclenché, des spéculations continuent. Le deuxième vice-gouverneur de la Banque centrale de la République de Guinée (BCRG), a apporté des précisions. Baidy Aribot, qui a été interrogé par un journaliste d’Africaguinee.com, a indiqué que la BCRG n’a pas de prérogatives de poursuivre des entités publiques soupçonnées d’avoir détourné des fonds. Il précise que la BCRG travaille en étroite collaboration avec les ministères des Finances et du budget dans le cadre des dépenses et toutes autres activités de l’Etat.

Lire aussi-Traque des ressources publiques : "On sera sans pitié et sans état d'âme…"

‘’Chez nous, quand les instructions sont données et que le payement ordonné obéit aux procédures requises en la matière, nous ne pouvons pas nous y opposer. Donc les entités publiques qui ont leur compte ici, celui qui les a bloqués, s’ils ordonnent et que ces entités émettent des ordres de payement qui sont conformes à la procédure, on paye. Nous ne nous opposerons pas à cela’’ a tranché le deuxième vice-gouverneur.

Il souligne qu’il revient aux départements de l’économie ou du budget de gérer en amont l’opportunité de ces dépenses et aussi leur régularité.

‘’ Nous ne sommes pas là pour faire la police derrière les gens. D’ailleurs pour qu’une entité publique ouvre un compte à la banque centrale, il faut que le trésor nous écrive puisque nous sommes la banque de l’Etat. Nous travaillons étroitement avec les ministères des Finances et du budget. Nous n’avons rien à avoir avec les spéculations qui disent que nous poursuivons des entités soupçonnées de détourner des fonds’’, a précisé Baidy Aribot.

Selon l’ancien député uninominal de Kaloum, la Banque centrale ne peut en rien empêcher que des procédures de payement soient effectuées une fois que leur authenticité est certifiée.

‘’La banque centrale ne paye rien si ce n’est pas ordonné par le ministère des finances ou par les ayants droit qui ont leur signature chez nous’’, a précisé le deuxième vice-gouverneur de la BCRG.

 

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 655 31 11 13

Créé le Mercredi 27 octobre 2021 à 16:52

TAGS