La confidence de Morissanda Kouyaté : "Le Président Doumbouya m’a dit…"

Guinée
Dr Morissanda Kouyaté, ministre des Affaires étrangères, de la coopération internationale, de l’intégration africaine et des guinéens de l’étranger
Dr Morissanda Kouyaté, ministre des Affaires étrangères, de la coopération internationale, de l’intégration africaine et des guinéens de l’étranger

CONAKRY-Le nouveau ministre des Affaires étrangères, de la coopération internationale, de l’intégration africaine et des Guinéens de l’étranger qui a pris fonction, ce mardi 26 octobre 2021 a fait des confidences.

Morissanda Kouyaté qui s’est engagé à relever les défis de la diplomatie guinéenne, a donné les raisons qui l’ont amené à accepter l’offre du colonel Mamadi Doumbouya.  « Monsieur le président m’a dit quelques phrases que je considère comme étant le cap. Il m’a dit que seuls la Guinée et les Guinéens comptent et qu’il faudrait les rassembler. C’est la feuille de route que le président m’a donnée », a déclaré Dr. Morissanda Kouyaté à l’entame de son discours.  

Il révèle que s’il avait senti une once de manque de sincérité de la part du colonel Doumbouya quant à son engagement à changer le pays positivement, il n’aura pas accepté le poste.

« J’ai trouvé le président sincère, déterminé, patriote. Rien ne pouvait m’obliger à accepter cette mission si j’avais eu une once de doute sur la sincérité et l’engagement du président à changer notre pays positivement », a-t-il rassuré. La Guinée, a-t-il ajouté, « est un pays singulier en matière de diplomatie » et qu’elle fait dans «la dignité ». 

« Nous sommes un pays qui a refusé de ramper pour subir son histoire. Nous avons assumé le 28 septembre 1958. C’est ce NON historique qui est le point nodal de la diplomatie guinéenne, il ne faut jamais l’oublier. C’est pourquoi, durant mon séjour à l’extérieur, il arrivait souvent que j’ai les larmes aux yeux quand je voyais que des pays que nous avons aidés à se libérer, à s’affranchir de la colonisation au prix du sang des Guinéens - je ne les citerai pas, ils sont lésion - je voyais ces pays prendre la hauteur, la préséance avant notre pays. Cela me fendait le cœur. Je ne pouvais pas imaginer qu’un jour je me retrouverai ici par la confiance du président pour essayer de changer cela. Alors, le défi que je me lance, je le lance à vous aussi mes chers compatriotes », a-t-il lancé en exhortant à défendre « notre souveraineté ».

« La souveraineté est tout à fait simple. C’est quand nous décidons de décider et quand nous décidons de ne pas décider. Ne croyons pas, nous les Guinéens, que notre sort se trouve à l’Union européenne, que la vie du paysan de Malakouta, de Panziazou se trouve dans les mains des députés européens, chinois ou américains. Les agriculteurs américains leur vie est forgée par des Américains. Donc à nous de forger notre vie par nous-mêmes », a martelé le nouveau patron de la diplomatie guinéenne.

A suivre…

 

Oumar Bady Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Créé le Mardi 26 octobre 2021 à 19:48