Guinée : Quel avenir pour le FNDC après la chute d’Alpha Condé ?

Guinée
Rassemblement du FNDC à Conakry
Rassemblement du FNDC à Conakry

CONAKRY-Fer de lance de la lutte anti-troisième mandat d’Alpha Condé, renversé le 05 septembre 2021, le Front National pour la défense de la constitution (FNDC) reste encore silencieux sur son avenir plus d’un mois après la chute du régime qu’il a combattu.

Après leur retour d’exil, les leaders du FNDC se sont aussitôt lancés dans une nouvelle offensive diplomatique dans la sous-région. Sékou Koundouno, Ibrahima Diallo, Oumar Sylla « Foniké Mengué », ancien prisonnier, ont tour à tour rencontré de nombreux chefs d’Etat et hauts dirigeants de la CEDEAO dans le but de solliciter leur soutien et accompagnement dans la période exceptionnelle que traverse la Guinée depuis le 05 septembre.  Accessoirement, ils ont renoué le contact avec les bases du FNDC pour les remercier.

Objectifs actuels…

Le FNDC va-t-elle faire sa mue pour se fixer de nouveaux objectifs cadrant avec les enjeux du moment ? Prendra-t-il part aux organes de transition ? Alors que de nombreux observateurs s’interrogent, le chargé de communication du FNDC se veut tranchant.

’Pour le moment on reste ce qu’on est avec l’objectif qu’on s’était fixé dès le départ : la Guinée doit être un pays ouvert, vertueux et démocratique’’, tranche le responsable de communication du FNDC.

Même si Alpha Condé est tombé, le front qui l’a combattu pendant ces deux dernières années, reste vigilent. ‘’Nous pensons que la Guinée n’est pas encore démocratique. Nous sortons d’une dictature pour un régime d’exception. On continue à exister et à mener nos activités jusqu’à l’établissement de l’ordre constitutionnel pourquoi pas au-delà’’, précise Abdoulaye Oumou Sow.

Changement de cap…

Le FNDC n’envisage pas de baisser la garde. Bien que la page d’Alpha CONDÉ est tournée, ce mouvement hétéroclite composé au départ de partis politiques, d’organisation de la société civile, de défenseurs des droits de l’homme, veut maintenir la dynamique de veille citoyenne.

Lire aussi-Guinée : Un an après, quel bilan pour le FNDC ?

« Pour ne pas qu’il y ait un changement constitutionnel, nous nous sommes battus et nous avons crée la situation qui a mené à ce coup d’Etat. Maintenant après l’acte du 05 Septembre 2021, il faut se battre pour qu’il y ait l’établissement de l’ordre constitutionnel et encore se battre pour garder ces acquis démocratiques. C’est un combat de longue haleine.  Cette situation n’est pas propre à la Guinée… Nous sommes une société civile qui jouons un rôle de vigile de la démocratie et nous allons le rester’’, a confié Abdoulaye Oumou Sow.  

A suivre…

 

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 655 31 11 13

Créé le Jeudi 21 octobre 2021 à 12:40