Kankan-Madiana : une route répondant aux normes de la CEDEAO, les travaux exécutés à 45%

Haute Guinée

KANKAN-Lancés officiellement en juin 2014, par le président déchu Pr. Alpha Condé, les travaux de bitumage de la route Kankan-Madiana, d’une distance de cent kilomètres, évoluent avec des fortunes diverses. A date, 35 des 100 KM sont complètement finalisés par l’entreprise GUITER S.A, en charge de l’exécution de ce tronçon. 

Ce projet routier de grande envergure, a une particularité : il répond aux normes en matière de construction de route dans l'espace CEDEAO. Il est constitué de deux tranches, à savoir la tranche ferme et la tranche optionnelle. De nos jours la tranche appelée ferme a été réalisée à 100% par GUITER S.A. En ce qui concerne la tranche dite optionnelle qui a officiellement commencé en 2020, elle est exécutée à 45 %. Mamady Condé, est le responsable de la cellule de suivi et de contrôle des projets de GUITER S.A.

« Nous avons un projet d’une route avec une structure qui répond aux normes de la CEDEAO. C'est-à-dire une structure de quatre couches. La première consiste à faire le remblai avec la latérite crue. Sur ça, il y a la fondation qui est faite de latérite renforcée avec les concassés à 30%. Ensuite, il y a la couche de base qui est en grande bitume dont l’épaisseur est de 10 cm. Il y a enfin le roulement qui est de 5 cm.  Dans ce projet, trois ponts sont à réaliser, à savoir : Safina, Kodjara et le Nerekoro », a expliqué M. Mamady Condé.

Lors du lancement des travaux, le délai d’exécution était fixé à 24 mois, soit deux ans. Qu’est-ce qui explique l’arrêt des travaux ? Le responsable de la cellule de suivi et de contrôle des projets de GUITER S.A précise :

« On est à l’arrêt jusqu'à présent parce que la mission de contrôle n’a pas reçu encore son paiement. Ceci est aujourd’hui un problème. Sinon les personnels sont là, y compris les matériels, tout est sur place et bien équipé pour les travaux. La carrière est déjà opérationnelle et même le labo aussi » a-t-il dit. 

En attendant la reprise des travaux, de nombreux citoyens de la localité de Madiana, apprécient ce qui a été fait déjà sur le terrain par l’Entreprise GUITER SA. C’est le cas par exemple de Diallo ISIAKA, qui lance une invite aux nouvelles autorités de faire un effort pour mettre fin au calvaire des usagers de cette route.

 « Nous demandons aux nouvelles autorités de nous aider pour que la mission puisse venir contrôler la route afin de redémarrer les travaux. Sinon si tel n’est pas le cas, ce n’est pas bon pour nous. Regardez toutes les machines de Guiter sont en place, et le personnel fait un bon travail dans ce sens. Il faut nous aider à finaliser cette route », lance ce citoyen. 

L’Entreprise GUITER SA, dispose de nos jours de tous les moyens logistiques répondant aux énormes internationales dans la construction des routes.  Interrogé dans l’un des labos de l’entreprise Guiter, Sergueï Batista Martell, explique :

« Nous faisons ici les contrôles des qualités de terrassement pour les goudrons. Aujourd’hui l’entreprise dispose d’un bon centre de labo très dynamique qui peut répondre aux critères demandés.  Une entreprise de construction de route sans labo n’est pas bonne. C’est très important les laboratoires, et on en a tout ici », explique ce responsable de l’Entreprise.   

La carrière de granite dont dispose Guiter SA à Missamana, sont également opérationnelles à 100%. Elle a une capacité de 245 m3 heure A cela s'ajoutent aux nombreux centres de laboratoire et bien d'autres moyens logistiques. Ce qui permet à Guiter SA de mener à bien toutes les tâches qui lui ont été confiées dans le cadre des travaux de bitumage dans la région de Kankan.

À Conakry, 145 conteneurs de bitumes et 35 camions et plateau sorties d’usine sont disponibles et prêts à être acheminés à Kankan pour l’accélération de l’exécution du projet de construction du tronçon Kankan-Mandiana, une fois le retour du bureau de contrôle sur le terrain.

Aujourd’hui, de nombreux usagers de cette route nationale ne demandent qu’une chose aux nouvelles autorités du pays.  S’impliquer afin d’accélérer les travaux de ce tronçon et mettre fin à leur calvaire. 

Facély Sanoh

Correspondant régional d’Africaguinee.com

A Kankan

Créé le Lundi 18 octobre 2021 à 4:22