Dinguiraye : bras de fer autour d’une mine à Diatiféré…

Dinguiraye
Image d’illustration
Image d’illustration

DINGUIRAYE-Une mine d’or située dans la sous-préfecture de Diatiférè (Dinguriaye) fait l’objet d’un bras de fer entre la mairie de la commune éponyme et le directeur préfectoral des mines et de la géologie de Dinguiraye. Object du litige, une zone minière située à Maléa, dans le district de Karfa.

Les autorités communales de Diatifèrè accusent le premier responsable en charge des mines, en complicité avec les autorités locales des zones minières concernées, de piétiner le code minier, en attribuant des zones d’exploitation à des burkinabés qui utilisent du cyanure. La conséquence de cette pratique sur l’environnement, sur la vie des êtres humains et des animaux est catastrophique. En 2019, le juge d’alors Maître Sékouba Condé avait pris une ordonnance interdisant cette pratique à Dinguiraye. 

Le maire de la commune rurale de Diatiféré Sory Amoroya BARRY accuse M. Mamadou Alpha Condé, directeur préfectoral des mines et géologie de Dinguiraye d’avoir perçu une forte somme des mains des Burkinabés pour l’exploitation de la zone minière de Maléa dans le district de Karfa, sous-préfecture de Diatiféré, située à 50km du centre-ville. 

 « Le Directeur préfectoral des mines veut imposer à mes citoyens des Burkinabés. Et en tant que premier responsable de la commune, je ne suis pas informé. Il a envoyé des burkinabés à Dinguiraye pour qu'ils puissent travailler dans ma zone. J'ai dit non. Par la suite, il a fait des quittances qu’il a remis à mon receveur (…) pour le dragage à Maléa.  Mais il se trouve que c'est seulement les Burkinabés qui ont des machines pour cette activités. Si quelqu'un doit travailler chez moi, il doit venir me rencontrer pour qu’on discute. Surtout que ces activités sont plus maléfiques que bénéfiques pour les populations.

Des bovins, ovins tués sous l’effet du cyanure

Le directeur ayant négocié le retour des Burkinabés serait allé distribuer plus de 60 millions entre les cadres préfectoraux pour que ceux-ci l’appuient dans sa démarche.  Mais je reste ferme. Je ne laisserai aucun Burkinabé travailler sur le sol de Diatiféré car les produits toxiques qu’ils utilisent sont très dangereux. L’année dernière par exemple, les citoyens de Karfa ont perdu une vingtaine de têtes de bœufs et une quarantaine de moutons et de chèvres. Ils menacent de quitter les lieux si toutefois les Burkinabés reviennent dans leur localité’’, a-t-il expliqué accusant le Directeur préfectoral des mines et de la géologie d’avoir corrompu des responsables locaux pour permettre aux burkinabé de revenir.

« Ils sont allé remettre 9. 700.000 GNF à Maléa en disant que cette somme ne doit pas passer dans les mains du maire. Ils ont dit du fait que je me suis opposé à leurs décisions ils vont m'enlever et mettre une délégation spéciale dans les jours avenir en commun accord avec l'autorité », précise le maire de Diatifèrè.

Interpelé, le directeur préfectoral des mines et de la géologie, Mamadou Alpha Condé, a rejeté en bloc cette accusation. Il jure qu’il n’est informé de l’arrivée d’un quelconque burkinabè à Diatiféré.

« Le dragage dont il est question s’effectue à Kifala non loin de Diatiféré centre (2km environ).  Et c’est pour un citoyen Guinéen du nom de Alseny Kéita qui avait fait officiellement une demande d’autorisation d’essai de ses machines adressée au président de la commission nationale des mines et la géologie qui a donné un avis favorable », s’est-il défendu.

Tout de même, il reconnaît avoir vendu des rejets de Maléa (district de Karfa) à 65 millions de francs guinéens. Selon M. Condé, cet argent a été réparti entre tous les services concernés conformément à la clé de répartition élaborée par les ministères des mines et de la géologie, du budget et des finances. Ainsi, une somme de 9.750.000 Gnf a été envoyée au district de Karfa et 5.800.000 GNF à la sous-préfecture de Diatiféré. Du berger à la bergère, Mamadou Alpha Condé, le directeur préfectoral des mines accuse le maire et l'ex sous-préfet d'un détournement de 274 millions GNF. « J'ai le rapport avec moi signé et cacheté », a-t-il dit.

A suivre…

 

Alpha Amadou Barry

Correspondant régional d’Africaguinee.com

A Faranah 

Créé le Lundi 18 octobre 2021 à 18:39

TAGS