Boké : des interrogations sur le vol des lampadaires publics…

Boké
Vol de lampadaires dans la commune urbaine de Boké
Vol de lampadaires dans la commune urbaine de Boké

CONAKRY-Installés à location de la fête tournante de l'indépendance en 2012, les lampadaires qui servent d'éclairage public, à l’image de certains édifices publics de la commune urbaine de Boké, sont devenus les cibles de citoyens indélicats.

Sur l’axe YOMBOYA, 400 bâtiments, ces dispositifs permettant l’éclairage des rues la nuit, sont dépouillés de leurs panneaux solaires. 30 panneaux de 15 lampadaires installés le long de la route nationale numéro 3 dans les quartiers YOMBOYA et GOREYE ont été volés par des inconnus.

Toujours dans la commune urbaine, certains établissements scolaires qui avaient bénéficié de ces privilèges lors de la fête tournante, le constat est le même. C’est à l’image du collège YOMBOYA et le lycée FILIRA.  Tous les panneaux solaires ont été emportés. Interrogé, MORLAYE SOUMAH, président du bureau de quartier de YOMBOYA dit être surpris.  

« Je suis navré de constater cette pratique dans notre quartier, bien qu’il y a eu d’autres lampes qui sont volés dans les autres quartiers. Nous allons informer les autorités à tous les niveaux : le maire, le préfet et la sécurité pour prendre des dispositions idoines. Nous allons aussi mobiliser la jeunesse du quartier pour qu’ils fassent la sentinelle la nuit afin de  préserver le reste des lampadaires, sinon ils seront tous volés », a-t-il lancé.

Joint au téléphone, le maire de commune urbaine de Boké, a affirmé que tout récemment, un jeune a été appréhendé la main dans la pâte et conduit à la gendarmerie. Il appelle au concours des jeunes dans les quartiers pour préserver les biens publics.

 "Si on me dit qu'il y a eu encore à YOMBOYA vol de lampadaires, nous ne nous sommes pas informés (…)  il y a des organisations de jeunesses dans tous les quartiers de la commune, il faut qu'elles veillent sur ces biens publics », a invité le maire de la commune urbaine de Boké,  MAMADOUBA TAWEL CAMARA.
Dans cette ville minière décrété zone économique spéciale, l'éclairage public, nécessaire à la sécurité et au confort, est devenu inexistant. Les lampadaires installés le long des voiries, ne fonctionnent plus actuellement par manque d'entretien.

 

De Boké, Oumar Sory Camara

Pour Africaguinee.com

Créé le Dimanche 01 août 2021 à 13:53

TAGS