Guinée : "Il y a urgence à traduire en justice les responsables des exactions…"

Guinée
Sekou Koundouno, Ibrahima Diallo et leurs avocats
Sekou Koundouno, Ibrahima Diallo et leurs avocats

PARIS-Maitres William Bourdon et Vicent Bringarth, avocats du Front National pour la Défense de la  Constitution (FNDC) ont réitéré, mercredi 28 Juillet 2021, leur volonté de mobiliser l’ensemble des "voies juridiques" afin que les responsables des "exactions des droits de l’homme en Guinée soient traduits en justice".

Près de cent personnes avaient été tuées en Guinée, entre 2019 et 2020, dans le sillage du référendum constitutionnel controversé du 22 mars de l'an dernier. "Il y a urgence…", ont-ils mentionné au terme d'une rencontre qu'ils ont eu hier à Paris avec deux hauts dirigeants du front anti troisième mandat.

Avec Sekou Koundouno et Ibrahima Diallo, respectivement chargés des stratégies et des opérations du FNDC, ces avocats ont passé en revue l’évolution de l’intégralité des dossiers judiciaires du FNDC en instance.

Selon nos informations, ensemble, ils ont décliné les nouvelles perspectives auprès des instances judiciaires internationales et autres. "Ces dernières sont maintenant en cours d’élaboration pour être introduites très prochainement", précisent les conseils du front anti troisième mandat.

Maitres William Bourdon et Vicent Bringarth ont réitéré leur "ferme volonté" d’accompagner toutes les initiatives citoyennes qui s’inscrivent dans l’instauration de l’état de droit et de la démocratie en Guinée.

Ils promettent aussi de mobiliser l’ensemble des voies juridiques afin que les responsables des exactions des droits de l’homme en Guinée soient traduits en justice.

A suivre…

Africaguinee.com

Créé le Jeudi 29 juillet 2021 à 12:53