Interdiction des mariages pompeux à Timbi Tounni: La ligue islamique se justifie...

Pita
Image d'illustration
Image d'illustration

PITA-Fini les cérémonies pompeuses à Timbi Tounni ! Dans cette commune rurale de Pita, les populations de commun accord avec les autorités religieuses, communales et administratives ont décidé d'adopter une charte qui encadre les cérémonies (mariage, baptême, décès, fin de veuvage…).

Apres l’adoption de la décision portant encadrement et harmonisation des mariages à Timbi Tounni, les autorités locales et religieuses sont à pied d’œuvres pour sensibiliser les citoyens.Cette décision prise de commun accord avec la sous-préfecture, la mairie et la ligue islamique locale vise entre autres, selon les initiateurs, à “réduire le coût des cérémonies, les plaintes verbales, les divorces fantaisistes, les gaspillages lors des cérémonies”.

En son article 1er, la décision dispose que toute cérémonie de mariage ou de baptême doit prendre fin au plus tard à 17 h. Tandis que l’article 8 interdit les cortèges, l’animation musicale, l’invitation d’artistes, musiciens, le bayana et la robe de mariage. Pour la fille qui se marie pour la première fois, l’article 12 fixe la dot minimale à 1 million contre 600 mille pour la femme divorcée ou veuve. L’article 58 dispose que la violation de ces règles est punie  d’une amende de 3 millions Gnf.

Alors que le document fait l’objet de polémique, le porte-parole de la ligue islamique sous préfectorale revient sur les motifs qui les ont poussés à prendre ces décisions.

« Ce qui nous a vraiment motivés à prendre ces différentes décisions, on a reçu beaucoup de plaintes au niveau de la ligue, des cas de divorces ensuite beaucoup de problèmes liés aux mariages et généralement aux cérémonies. Nous avons donc jugé utile de chercher à savoir combien coûte un mariage à TimTimbi-Tounni. Nous avons trouvé que les gens dépensaient au minimum 20 millions Gnf. Il y en a d'autres qui vont au-delà de 30 millions et avec ça les mariages ne sont pas garantis. Pour harmoniser les cérémonies, nous avons pris des décisions pour aider nos habitants à réduire les coûts des cérémonies», explique Thierno Alhousseiny Bah ajoutant qu'une tournée de sensibilisation est en cours dans tous les districts pour faire adhérer les populations.

« Nous avons fait une tournée dans les différents districts de Timbi, par la suite nous avons convoqué une assemblée générale pour sensibiliser les citoyens et clarifier ce que nous voulons et comment arrêter ces cérémonies pompeuses. La population est intéressée, mais il n’y avait pas les moyens de le faire. La ligue islamique et toutes les couches sociales sont tombées unanimement d'accord qu’il faut diminuer. Un mariage quelque soit sa grandeur ne dépassera pas 6 millions de francs guinéens. Nous avons pris 60 décisions concernant toutes les cérémonies y compris les mariages, les baptêmes, les décès, la fin de veuvage et d'autres cérémonies sociales encore. La majorité des citoyens est d’accord, car avant de maintenir ces décisions nous avons échangé avec la sous-préfecture, la commune, les sages et les jeunes. (…)  

Notre première arme c’est la sensibilisation, je peux vous dire aujourd’hui qu’on a fait l’ensemble des districts de Timbi-Tounni voire l’ensemble des secteurs. A chaque rencontre, les gens adhèrent à notre cause. Par exemple, sur l’article 8, moi qui vous parle, je faisais des bayana, mes instruments si j’évalue le prix auquel je l'ai acheté en francs guinéens ça peut aller au-delà de 25 millions. J’ai déposé parce que je fais partie des gens qui ont voté pour que les Bayana cessent pour l’intérêt général. Beaucoup de jeunes filles et garçons m’ont appelé même aujourd’hui pour me dire que votre idée est vraiment importante non seulement pour Timbi-Tounni, mais pour la Guinée entière », rassure le religieux.

En guise d’exemple, le porte-parole de la ligue islamique évoque des cas où des mariages ont été annulés à la dernière minute. “ Il y a eu un mariage qui était programmé, trois jours avant la célébration, il a été annulé parce que la fille a réclamé plus de 3 millions cinq cent à son prétendant. Une autre fois, il ne restait que 24 heures. Tous ces mariages ont été annulés parce que les filles ont réclamé beaucoup d’argents. Il y a également assez de cas de divorce», précise Thierno Alhousseiny Bah.

Thierno Oumar Tounkara

Pour Africaguinee.com

Créé le Samedi 10 juillet 2021 à 11:14

TAGS