Regain de tension dans le secteur éducatif : "il n’y aura pas d’examens nationaux si…"

Guinée
Le ministre de l’Education Nationale, Dr Alpha Amadou Bano Barry
Le ministre de l’Education Nationale, Dr Alpha Amadou Bano Barry

CONAKRY-Regain de tension dans le secteur éducatif guinéen, à la veille des examens nationaux ! Alors que le président de la République vient d’instruire son ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation d’élaborer un calendrier, pour l’organisation des examens nationaux en ce mois de juillet, une organisation syndicale des enseignants appelle déjà au boycott des examens.

Et pour cause ? La fédération syndicale professionnelle de l’éducation (FSPE) accuse le Gouvernement de n’avoir pas honoré ses engagements vis-à-vis des enseignants. Trois mois de primes d’incitations restent impayés alors que des engagements avaient été pris dans ce sens, selon le secrétaire général de la FSPE.

« La semaine surpassée, nous avons été voir le premier ministre par rapport au payement de trois mois d’arriérés de primes d’incitations. Il a instruit au ministre du Budget de payer d’ici fin juin. Alors, la semaine dernière, nous avons été voir le ministre du Budget pour lui en parler, tout en lui demandant où nous en sommes par rapport au payement des primes. Etant donné que le premier ministre a donné des instructions devant nous. Il nous a fait comprendre que le premier ministre n’est pas là, à son retour, ils vont s’entretenir et que les choses seront réglées. Techniquement tout est prêt, mais il faut décaisser l’argent, et c’est ce qui reste. Alors, aujourd’hui c’est le 30 juin.

Nous avons appelé le ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation pour lui demander où en sommes-nous par rapport à nos primes, parce que bientôt c’est la fin du mois ? Il nous a demandé d’attendre, il va se renseigner et puis nous revenir.  Nous avons compris qu’il y a manque de volonté qui commence à s’installer. C’est pourquoi, nos syndiqués qui sont dans les écoles ne sont pas du tout contents, ils se sont retrouvés pour écrire à la fédération pour expliquer leur mécontentement par rapport à ce qui prévaut sur le terrain. C’est ainsi qu’ils ont décidé tant que les primes ne sortent pas, il n’y aura pas d’examens et qu’ils vont purement et simplement les boycotter. C’est dans cette dynamique que le bureau national de la FSPE a annoncé cette information. Nous le faisons, c’est pour que les autorités puissent prendre toutes les dispositions pour payer ces primes-là à temps », a expliqué Salif Camara, secrétaire général de la fédération syndicale professionnelle de l’éducation.

Lire aussi-Guinée : Dr Bano Barry accusé de jeter de « l’huile sur le feu »…

Les primes d’incitation varient en fonction des zones. Ainsi, pour la zone de Conakry, il est prévu une somme de 450 mille francs guinéens le mois, contre 700.000 GNF dans les préfectures, 1. 300.000 GNF dans les sous-préfectures, villages et districts. Selon M. Camara, certains enseignants ont cessé de percevoir ces primes depuis que le paiement manuel a été modifié.

« C’était plus de 4 mille enseignants qui percevaient les primes. Mais ce n'est pas tout. Le problème est qu’aujourd’hui, plus de 3 mille enseignants ne perçoivent pas leurs primes. Pourquoi ? Parce qu’eux, ils percevaient les primes quand on payait manuellement, mais lorsque les primes ont été logées sur les bulletins de paie, eux ils ont perdu les primes. Jusqu’aujourd’hui ces enseignants-là, ne perçoivent pas leurs primes, c'est le plus grand mal… c’est vraiment une désolation », regrette le secrétaire général de la FSPE. 

Pour l’heure, nous n’avons pas pu avoir la réaction du ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation sur ce regain de tension.

Affaire à suivre...

 

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 664-72-76-28

Créé le Mercredi 30 juin 2021 à 15:31

TAGS