Gaoual : Risque d'affrontements entre orpailleurs clandestins et autochtones…

Gaoual
Des jeunes montent la garde pour sécuriser les sites aurifères de Gaoual
Des jeunes montent la garde pour sécuriser les sites aurifères de Gaoual

GAOUAL- A Gaoual, où l'exploitation du métal jaune découvert récemment a été interdite par les autorités, la situation risque de dégénérer entre chasseurs d'or clandestins et les populations autochtones. La crise de confiance est arrivée à un niveau inquiétant.

Des jeunes de la localité mènent une razzia contre les mineurs clandestins qui refusent de quitter la zone. De nombreuses machines et autres matériels d'exploitations ont été saisis, dans le cadre de cette opération. Ces derniers (les mineurs clandestins, ndlr) se sont retranchés, soit en brousse, ou dans les villages environnants et profitent de la moindre occasion pour descendre dans les carrières pour exploiter. Les forces de l'ordre déployées sur les lieux pour sécuriser les sites aurifères fermés, sont accusées de complicité avec les orpailleurs clandestins. C'est dans ces conditions que des jeunes ont pris l'initiative de monter la garde pour sécuriser les carrières fermés.

 

"Depuis hier nuit, les gens étaient bloqués. Chacun de son côté avaient érigé des barrages. Maintenant, c'est les jeunes de Gaoual qui saisissent les machines des mineurs clandestins. C'est un groupe de jeunes qui est venu me retirer ma machine. Je ne sais où  ils l'ont envoyé. Il y a un incroyable renversement situation ici. Hier, les forces de l'ordre s'attaquaient aux orpailleurs, mais maintenant, les agents nous laissent tranquille. Ils s'affrontent avec les jeunes de  Gaoual devenus les maîtres des lieux. C'est grave, si on ne prend pas des mesures, la situation risques d'être incontrôlable", avertit Aly Kourouma, orpailleur.

 

B.C, natif de Gaoual ne décolère pas contre les agents de sécurité qu'il accuse de favoriser la contrebande.

"Ces agents de sécurité  sont ceux qui favorisent la contrebande ici. Ils sont plus mauvais que les orpailleurs clandestins. Maintenant ils font semblant de sécuriser, mais derrière il y a des orpailleurs qu'ils couvrent. Ces derniers creusent contre un montant forfaitaire. Donc, ce que nous trouvons inadmissible. Tant que c'est interdit, personne ne va exploiter ici. Nous allons empêcher par tous les moyens. Partout où  nous verrons une machine nous allons la saisir.

Les forces de sécurité menacent de nous arrêter, mais on les attend. Les orpailleurs clandestins ont noué  un pacte avec les agents. Ici par exemple, les agents sont sur la route et les orpailleurs sont dans la mine. C'est une équipe des jeunes qui a contourné pour aller chasser ces orpailleurs en plein activité", explique ce citoyen de Gaoual qui demande l'implication des sages pour éviter le pire.

Joint au téléphone, un officier de police rétorque que ce sont des allégations.

"Nous sommes dans une situation difficile maintenant. Ni du côté de la population encore moins du côté des orpailleurs, la crise de confiance est là. On nous accuse de couvrir des orpailleurs alors que c'est des allégations. Comment des corps habillés  peuvent-ils se mêler à l'exploitation de l'Or ?

Les jeunes ont passé  toute la soirée  à nous attaquer. Ils ont cassé  même un feu rouge du véhicule du commandant de la gendarmerie. Les orpailleurs refusent de partir", précise cet officier de police.

Dossier à suivre…

Alpha Ousmane Bah

Pour Africaguinee.com

Créé le Dimanche 13 juin 2021 à 23:57