Remy Lamah irrité contre certains agents de santé : "l'argent que vous percevez vous ouvre les portes de l’enfer…"

Guinée
Le ministre de la santé, Rémy Lamah à Labé
Le ministre de la santé, Rémy Lamah à Labé

LABE- En visite de travail dans la région de Labé avec une forte délégation de son Département, le Général Médecin Remy Lamah a laissé éclater sa colère contre certains agents de santé indélicats. Le ministre de la Santé n'a pas manqué de rappeler la mort tragique de la jeune femme à l’hôpital de Kankan.

Le ministre de la Santé  a haussé  le ton contre le phénomène de corruption qui mine l'appareil sanitaire. Il menace de sévir contre tout médecin qui sera cité dans une sulfureuse affaire de corruption. M. Lamah avertit que ceux qui sont épinglés à Kankan, serviront d'exemple. Il donne une semaine à tous les responsables d’hôpitaux d’afficher les tarifs de soins à la rentrée de leurs hôpitaux respectifs afin que les patients soient informés avant leur accès aux services hospitaliers. Le premier responsable du département de la santé accuse des autorités sanitaires de complicité dans la prolifération des cliniques clandestines notamment coréennes et chinoises. Dans un ton ferme, le Général Lamah siffle la fin de l'anarchie dans le dispositif sanitaire. 

« Ce que je regrette, des agents de santé donnent une mauvaise image à nos structures. Ils ont pris le goût de fixer le tarif  des soins sur la tête du patient qui est devant eux. C’est difficile même pour nantis à plus forte raison pour les moins nantis. Nous avons vu récemment le cas de Kankan où une sage-femme et le médecin de la maternité se sont permis de voir une innocente mourir sous leurs yeux à cause de 700.000gnf qu’ils ont demandé à la pauvre venue en souffrance (...).  Où est l’humanisme ? Où se trouvent les serments que nous avons prêtés ? Quel argent cherchons-nous ? On trouve mieux de voir son prochain mourir à cause de 700,000 Gnf.

Aujourd’hui les deux agents sont dans les mains de la justice, ils sont la sureté de Kankan où ils attendent. Imaginez-vous ce que cela représente pour nous? Cela n’honore pas notre système de santé, c’est un regard négatif par rapport à notre système de santé. En plein 21ème siècle que quelqu’un  perde la vie à cause de 700.000gnf. Or ces agents de santé de santé sont payés par l’Etat, ils travaillent dans les structures de l’Etat, ils utilisent les moyens de l’Etat. Il faut quelquefois que nous nous regardions en face. Il y a un jugement dernier ! Malheureusement nous avons foulé au pied nos serments.  

A ce que je  sache, je ne connais pas un individu qui est satisfait parce qu’il a suffisamment d’argent. Si tel était le cas, les MESSI ou autres  n’allaient pas continuer à jouer au football.  Parce qu’ils sont payés à des millions d’euros mais ils n’arrêtent pas. Ils continuent à chercher l’argent.

C’est pourquoi je demande aux DPS (directeurs préfectoraux de santé), aux directeurs des hôpitaux et tous les responsables au niveau sanitaire, désormais d'afficher les tarifs des soins devant la rentrée des hôpitaux. Il faut mettre tout sur les pancartes, je veux voir ces panneaux disponibles dès la semaine prochaine et que vous m’envoyez via WhatsApp pour que je lise. Tout directeur d’hôpital qui ne le fera pas, il en tirera toutes les conséquences. Je veux ces tarifs devant les hôpitaux en français même en arabe. Que les patients lisent les tarifs avant de rentrer à l’hôpital. Désormais la porte de la justice est ouverte à tout médecin fautif », déclare Docteur Lemy Lamah, ministre de la santé

Prolifération des cliniques clandestines…

 « Dans toutes les préfectures, nous avons des cabinets privés appartenant à des coréens et à des chinois en complicité avec certains guinéens. Ils n’ont même pas d’agréments et ils se disent pouvoir soigner toutes les maladies avec des scanner.  Tous ceux-ci détruisent la vie de nos populations qui ne sont pas informées de ce qui se passe. Cela se passe aux yeux de toutes les autorités sanitaires qui restent là sans la moindre action pour fermer ces cliniques. Il faut qu’elles attendent l’ordre du ministre de la santé alors que vous êtes là vous savez que ces cliniques ne font pas ce qu’il faut. Je n’ai vu aucun DPS, aucun DRS pour dire : voici la clinique que j’ai fermée pour telle ou telle autre raison.

Ils reçoivent certainement quelque chose avec cette anarchie, c’est ça la vérité. Cet argent que vous recevrez d’eux ne servira à rien, ça ouvre les portes de l’enfer. Ces gens qui fréquentent ces cliniques pensent être satisfaits sur le plan sanitaire au début mais après ils se rendront compte que c’est le contraire. C’est quand ils vont atteindre une situation compliquée où la prise en charge est difficile qu’ils viennent vers vous. Et s’il  n y a plus de possibilité, la suite c’est la mort et la responsabilité est partagée. Ayez le courage de prendre certaines décisions. Interpellez-nous pour nous expliquer les raisons qui ont prévalu à la fermeture d’un cabinet qui ne respecte pas les normes. Mais il y a une complicité active de votre part », a dardé le ministre.

 

Alpha Ousmane Bah(AOB)

Pour africaguinee.com

Tel : (+224) 664 3 45 45

Créé le Samedi 12 juin 2021 à 15:00