Guinée-Enlèvements, paiement de rançon: les révélations du Général Bafoé...

Guinée
Général Ansoumane Camara Bafoé, DG de la Police Nationale
Général Ansoumane Camara Bafoé, DG de la Police Nationale

CONAKRY-Les enlèvements se multiplient en Guinée ! De nombreux opérateurs économiques en ont été victimes, ces derniers mois. Les ravisseurs, exigent des rançons évalués à des milliards pour libérer leurs otages. D'où viennent ces ravisseurs ? Comment opèrent-ils ?

Ce vendredi 7 mai 2021, le Directeur Général de police guinéenne, Ansoumane Baffoé Camara a fait des révélations saisissantes. Ce haut responsable de la police insinue que ce fléau serait importé du Sahel. Mais comment ? Le rapatriement de certains migrants, victimes de ces pratiques, aujourd'hui tombés dans la déchéance. L'officier n'exclue pas que ce soit des gens revenus du Sahel qui opèrent. Car selon, cette nouvelle forme d'insécurité n'était pas connue en Guinée.  

« Je vous apprends qu’à l’enlèvement de monsieur Dansoko, c’est le ministre Bantama Sow, qui a assisté aux évènements. Car ce n’est pas loin de chez lui. Les coups de feu, l’enlèvement de ce monsieur a été tellement spectaculaire que les gens, en se sauvant, ils ont laissé sur les lieux un TT30, avec son chargeur et un autre chargeur de PMKA qui était aussi plein.

J’ai été le premier à être appelé par le ministre d’Etat, son gardien a été le premier sur les lieux, il a ramassé les armes et le coin a été bouclé. Mais ils sont tellement prêts, que malgré le bouclage de la commune de Ratoma…, les gars ont réussi à fuir et avoir ce qu’ils ont voulu.

Je veux en venir où ?

Il y a des formes de criminalité qui sont en train d’exister dans notre pays et qui n’existaient pas auparavant. C’est importé. Vous avez remarqué nos frères qui vont au Sahel, lorsqu’ils partent en Libye, au Niger ou autres, ils sont Kidnappés par nos frères de ces pays, ce n’est pas une façon de stigmatiser nos frères arabes. Mais, c’est les passeurs qui le font, on les met dans des endroits et on dit appeler au pays on a besoin de mille euros, ceux qui ont leurs parents de ce côté savent. Alors, ces victimes-là, puisqu’elles sont en train d’être rapatriés, c’est le mode opératoire. C'est cette façon de se faire de l’argent qu’ils sont en train d’importer chez nous. C’est pourquoi je demande à la population de collaborer avec la police.

Lire aussi-Guinée-Les "secrets" des enlèvements: témoignage inédit d'un ancien otage

Le monsieur, cerveau présumé des kidnappings, il est tellement intelligent, technique et tactique, c’est un monsieur qui est sûr de lui. Il a perdu sa femme, ses enfants, la confiance de sa famille. Donc lui, il s’engage dans ça. Tous ceux qui savent qu’ils ont des moyens, il faut vous protéger, vous sécuriser ou vous confier aux services de sécurité parce que ces jeunes-là, ça fait quatre (4) cas, en dehors du vieux Elhadj Doura, qui en est mort, le reste, ils ont réussi leur objectif », a expliqué le Général Bafoé.

Ravisseur en fuite…

Le Directeur central de la police judiciaire a révélé que dans l’affaire du kidnapping de monsieur Dansoko, le présumé cerveau des kidnappings en Guinée et certains de ses complices ont été arrêtés et déférés. Cependant, l’indicateur principal présumé du domicile de l’opérateur économique est en cavale et est activement recherché.

« Il pourrait éventuellement être interpellé dans les jours prochains » a annoncé Aboubacar Fabou Camara qui a également lancé un appel à l’endroit des populations dans le cadre de la lutte contre la grande criminalité.

« Ce que je voudrais dire par rapport à cela, c’est la participation des citoyens dans le cadre de la lutte contre la criminalité. Quel que soit la capacité opérationnelle de la police nationale et de tous les autres services de sécurité, les informations nécessaires pour pouvoir pister les malfaiteurs pourraient venir des citoyens qu’on appelle des ‘’citoyens d’honneurs’. Nous lançons l’invitation à tous les citoyens d’être vigilants et de communiquer de façon anonyme les noms des criminels qui pourraient y avoir dans le quartier » a lancé le directeur central de la police judiciaire.

 Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 664-72-76-28

Créé le Samedi 08 mai 2021 à 11:09