Citoyen tué à Kérouané : Les explications du préfet Sory Sanoh…

Haute Guinée
Sory Sanoh, préfet de Kérouané
Sory Sanoh, préfet de Kérouané

KEROUANE-La ville de Kérouané a connu des violences ce jeudi 6 mai 2021 qui se sont soldées par un mort et de nombreux blessés. Interrogé par Africaguinee.com, Elhadj Sory Sano, le préfet de la ville de Samory Touré est revenu sur ces échauffourées. Il regrette la mort d'un jeune collégien et annonce aussi qu'un haut responsable de la gendarmerie a été blessé par balle de calibre douze. La première autorité de Kérouané confie que des renforts sont venus de Beyla pour appuyer le dispositif sécuritaire en place.

"J’avais une autorisation d’absence pour me rendre à Kankan. Tout a commencé hier vers 22 heures lorsqu’on m’a appelé pour me dire que des jeunes sont sortis la nuit pour une manifestation contre la décision des autorités religieuses d’interdire les prières nocturnes dans les mosquées. Dans cette manifestation, ils avaient trois cibles. A savoir : le domicile du secrétaire préfectoral des Affaires religieuses, chez le maire et bien entendu à mon domicile. Chez le secrétaire préfectoral des Affaires religieuses, ils n’ont pas pu avoir accès à son domicile. Puisque des contre-manifestants les ont barré la route. C’est ainsi qu’ils sont allés au domicile du maire où ils ont eu à caillasser sans pouvoir y pénétrer. Lorsqu’ils ont rebroussé chemin, les manifestants se sont dirigés vers ma résidence où il y avait mon épouse et mon enfant. La garde qui y était en nombre réduit, a quand-même résisté face à cette furia. N’eut été le renfort qui est arrivé, ils auraient pu accéder à ma cour", a expliqué le préfet.

Dans ces heurts, un jeune a trouvé la mort. Une situation que regrette M. Sanoh. "Le seul regret que nous avons, c’est d’avoir perdu ce jeune élève. J’ai appris que ce cas de décès a été enregistré dans un quartier de la commune non loin de chez moi", a-t-il dit.  

Une réunion du conseil préfectoral de défense et de sécurité a été tenue ce jeudi 6 mai 2021 pour prendre des dispositions afin que les heurts cessent.

"Nous regrettons aussi le fait que le commandant de la gendarmerie reçoivent des blessures avec un fusil de calibre 12. Il a reçu ces plombs sur sa tempe droite et son épaule droite, la nuit dernière. Il est actuellement en traitement. Au terme de cette réunion, les gouverneurs de Kankan et de N’zérékoré après concertation nous ont envoyé des hommes de la CMIS de Beyla qui sont venus s’ajouter aux nôtres. Nous sommes actuellement dans une situation d’accalmie précaire", a précisé le préfet. 

 

Bah Boubacar Loudah

Pour Africaguinee.com

Tél.  : (00224) 755 311 112

Créé le Jeudi 06 mai 2021 à 17:43

TAGS