Bah Oury : "Les populations de la Haute Guinée se sentent trahies…"

Guinée
Bah Oury
Bah Oury

CONAKRY-L'opposant Bah Oury s'est exprimé sur les manifestations en cours en Haute Guinée, et qui prennent des allures dramatiques

Un jeune écolier a été tué par balle dans la préfecture de Kérouané alors qu'il prenait part à une manifestation contre l'interdiction des prières nocturnes dans les mosquées. A Kankan, au moins trois citoyens ont été blessés par balles.

Comment expliquer ces remous dans la région de la Haute Guinée considérée comme un bastion du pouvoir ? Dans un entretien accordé à notre rédaction ce jeudi 6 mai 2021, Bah Oury a livré son analyse par rapport à ces tensions quasi-permanentes dans la savane guinéenne. Extrait.

"Les autorités guinéennes usent et abusent de la répression violente. C'est regrettable qu'un jeune enfant puisse tomber dans des circonstances qui sont aussi malheureuses. La situation en Haute Guinée est beaucoup plus globale que cela. Cette région s'était fortement investie pendant très longtemps à soutenir le RPG (...). Au temps du PUP, ils en ont souffert, et ils ont été sérieusement malmenés pour leur soutien au Président Alpha Condé qui était à l'époque opposant.

Le RPG est au Pouvoir actuellement. Cela fait onze que le Président Alpha Condé est à la tête de la Guinée. Mais les populations de la Haute Guinée se sentent trahies parce que la demande sociale n'a jamais été satisfaite, le chômage est toujours aussi important que par le passé. Les infrastructures sociales qui ont été promises ne sont pas au rendez-vous. Tout cela a accentué la frustration des militants originellement du RPG. De l'amour, on aboutit facilement à la haine.

Lire aussi-Jamal : "Calmez-vous…nous n'aimerions jamais l'islam plus que les mecquois"

Aujourd'hui, il y a un déficit de confiance extrêmement important vis-à-vis du Pouvoir de la part des populations de la Haute Guinée. Depuis deux ans, les manifestations sont récurrentes pour exiger d'avoir de l'électricité, des routes, de la sécurité… Et maintenant l'interdiction des prières nocturnes dans les mosquées pour les dix derniers jours du ramadan, c'est un prétexte supplémentaire pour que les populations expriment leur ras-le-bol vis-à-vis d'un régime qu'elles ont porté à un moment donné, mais qui les a profondément déçus".

A suivre…

 

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com  

 

Créé le Jeudi 06 mai 2021 à 16:07