Centre commercial "Sans loi": Quel sort pour les 3000 commerçants déguerpis?

Kindia
Centre commercial sans loi de Kindia
Centre commercial sans loi de Kindia

CONKRY- L'inquiétude grandit chez les commerçants déguerpis du centre commercial "Sans Loi", ex CFAO de Kindia. Jetés dehors il y  a cinq mois sans mesure d'accompagnement, ils sont oubliés à leur triste sort. Certains avaient trouvé moyen d'étaler leurs marchandises aux alentours du centre fermé pour pouvoir faire face à leur besoin quotidien. Mais avec l'approche des grandes pluies, ils sont inquiets. Notre correspondant à Kindia a rencontré quelques-uns.

Contrairement aux promesses du gouvernement d’entamer la reconstruction des lieux déguerpis, cinq mois après, le centre est toujours fermé. Les travaux de reconstruction qui avaient été annoncés peinent à commencer. Les portes sont closes, et les victimes du déguerpissement squattent dehors, exposé aux dangers de tout genre : insécurité ambiante et intempéries. Plus de 3000 commerçants avaient été déguerpis de force suite à la résiliation unilatérale par l'Etat du contrat de bail de l'opérateur économique Elhadj Ousmane Fatako  Baldé, le 11 novembre 2020.  

Certains commerçants dont les magasins sont fermés depuis 5 mois, étalent leurs marchandises aux abords de la route, à même le sol. A l’approche des grandes pluies, ils sont inquiets. Le président de la Chambre préfectorale de commerce, industrie et artisanat de Kindia déplore la situation.

Depuis la fermeture du centre, nous sommes dans une situation horrible. Nous sommes confrontés au manque de place dans le marché de Kindia. Le centre de Sans-loi qui recevait plus de mille opérateurs économiques reste fermé. Nous demandons au gouvernement de nous aider. Les opérateurs économiques constituent le poumon du développement socioéconomique de la nation.   Sans les commerçants, rien ne peut marcher. C’est pourquoi, nous voulons une étroite collaboration entre le gouvernement et les opérateurs économiques à tous les niveaux.  On estime à plus de 2500 commerçants exposés sous le soleil sans aucune place. Bientôt la saison pluvieuse, cela risque de porter préjudice à leurs activités», fait savoir Ousmane Baldé Bodié.

Alpha Sylla est l’une des victimes du déguerpissement du centre Sans loi. Il craint l'hivernage et interpelle l’Etat. “Je vends du poisson. Je n'ai pas de place sécurisée où exercer mon commerce. Avec les grandes pluies qui s'annoncent, je risque de tout perdre. Nous interpellons le gouvernement de nous venir au secours. Ne serait-ce que nous construire un hangar”, a interpellé ce vendeur.

Nana Camara n’en peut plus. Elle laisse éclater sa colère. « Qu’est-ce qu’Alpha Condé cherche ? Nous avions voté pour lui, nous avions combattu nos adversaires par tous les moyens. Et aujourd’hui, nous sommes dans les difficultés. S'il ne peut pas tenir le pouvoir pour le bien de tous, qu'il le cède à un autre qui est bon. Parce qu’on avait voté pour LUI pour que nous sortions de l’ornière, mais c’est le pire que nous sommes en train de vivre. Il disait que son mandat est dédié aux femmes, nous ne voyons rien en faveur des femmes », s'indigne Nana Camara.

Depuis Kindia, Cherif Keita

Pour Africaguinee.com

 

Créé le Samedi 24 avril 2021 à 14:02